Téléchargez
notre application
Ouvrir

France/Coronavirus : L'adaptation du confinement se fera en trois étapes, dit Attal

reuters.com  |   |  300  mots
France/coronavirus: l'adaptation du confinement se fera en trois etapes, dit attal[reuters.com]
(Crédits : Pool)

PARIS (Reuters) - L'adaptation du confinement dont Emmanuel Macron présentera les grandes lignes mardi comportera trois étapes d'ici à janvier 2021, explique le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, dans un entretien au Journal du dimanche.

La recrudescence de l'épidémie liée au nouveau coronavirus, qui a fait plus de 48.000 morts en France, a conduit les autorités à instaurer un deuxième confinement le 30 octobre dernier.

"Comme l'a annoncé le Premier ministre aux chefs de parti vendredi, les assouplissements se feront en trois étapes au regard de l'évolution sanitaire et des risques liés à certaines activités  : d'abord autour du 1er  décembre, puis avant les congés de fin d'année, puis à partir de janvier 2021", déclare Gabriel Attal.

Gabriel Attal confirme que l'amélioration de la situation sanitaire devrait permettre la réouverture de certains commerces dans la perspective de Noël, une période cruciale pour leur chiffre d'affaires.

"Nous nous étions engagés à leur permettre de rouvrir autour du 1er  décembre si l'amélioration de la situation sanitaire se confirmait, ce qui semble être le cas", dit-il.

Pour ce qui est des bars et des restaurants, ils "continueront à connaître des restrictions", prévient-il.

L'enjeu  est selon lui de "faire évoluer les conditions du confinement à mesure que la situation sanitaire s'améliore, tout en assumant une maîtrise pour éviter que l'épidémie reparte."

La limitation des déplacements devrait être maintenue, dit-il aussi.

Le ralentissement de l'épidémie de COVID-19 s'est confirmé samedi en France, où le nombre de contaminations décelées en 24h s'est élevé à 17.881, soit 5.000 de moins que la veille, selon des données officielles.

Les autorités ont enregistré 276 décès dus au COVID-19 dans les établissements hospitaliers, contre 386 vendredi.

(Elizabeth Pineau, édité par Camille Raynaud)