Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les banques espagnoles BBVA et Sabadell renoncent à fusionner

reuters.com  |   |  334  mots
Les banques espagnoles bbva et sabadell renoncent a fusionner[reuters.com]
(Crédits : Juan Medina)

MADRID (Reuters) - Les banques espagnoles BBVA et Banco Sabadell ont mis fin vendredi à leurs discussions sur un éventuel mariage en raison de leur incapacité à se mettre d'accord sur les termes financiers d'une telle fusion.

L'échec des discussions a incité Sabadell à envisager des options pour son unité britannique TSB.

Les deux banques avaient annoncé le 16 novembre l'ouverture de négociations pour tenter de former le deuxième groupe bancaire d'Espagne, doté de près de 600 milliards d'euros d'actifs.

Deux jours plus tard, le directeur général de BBVA, Onur Genc, avait néanmoins déclaré ne pas être pressé et disposer d'autres options.

"Banco Sabadell informe que le conseil d'administration a décidé de clore les discussions (...) parce que les parties ne sont pas parvenues à un accord sur le ratio d'échange des deux entités", a déclaré l'établissement dans un communiqué.

BBVA a confirmé dans un communiqué séparé que les pourparlers étaient terminés.

Aucun détail du désaccord sur les termes financiers n'a été divulgué par l'une ou l'autre des deux banques vendredi.

SABADELL SOUS PRESSION

Le projet de fusion s'apparentait davantage à une acquisition par BBVA de Sabadell, qui se retrouve ainsi de nouveau sous pression dans un paysage bancaire espagnol en voie de consolidation.

Sabadell a déclaré vendredi qu'il se concentrerait sur le développement d'un nouveau plan axé sur son marché intérieur, qui sera annoncé au cours du premier trimestre.

Le groupe a aussi dit qu'il analyserait "des alternatives stratégiques pour créer de la valeur en ce qui concerne les actifs internationaux du groupe, y compris TSB".

Le titre Sabadell chutait de 13,22% dans la matinée à la Bourse de Madrid alors que l'action de BBVA progressait de 2,22%.

Le directeur général de BBVA, Onur Genc, avait prévenu que l'acquisition potentielle de Sabadell était en concurrence directe avec un important projet de rachats d'actions.

(Jesus Aguado, version française Bertrand Boucey et Dagmarah Mackos, édité par Blandine Hénault)