Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les stations de ski européennes veulent sauver la saison

reuters.com  |   |  568  mots
Les stations de ski europeennes veulent sauver la saison[reuters.com]
(Crédits : Regis Duvignau)

par Matteo Berlenga

PASSO DEL TONALE, Italie (Reuters) - Mises à mal par la pandémie de coronavirus, les stations de ski européennes voudraient sauver leur saison mais des désaccords persistent entre les gouvernements sur la question de l'ouverture des domaines pour la période des fêtes de fin d'année.

Avec la deuxième vague du coronavirus, certains pays hésitent à rouvrir les pistes pour Noël, le Nouvel An et au-delà, même si les stations ont proposé des mesures permettant d'atténuer les risques de contaminations.

"Si nous (les Italiens) sommes les seuls à ne pas ouvrir, ce serait un désastre économique", a déclaré Michele Bertolini, un représentant des commerçants de la petite station de Passo del Tonale, située dans la région du Trentin, près de l'Autriche et de la Suisse.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a déclaré qu'il ne serait pas possible "d'autoriser des vacances (de Noël) sur la neige" et a souhaité un accord entre les pays européens pour agir à l'unisson.

La chancelière allemande Angela Merkel est de cet avis, elle admet cependant qu'il sera difficile de parvenir à un accord, étant donné la résistance de l'Autriche, pays réputé pour ses domaines skiables.

L'Autriche dépend fortement du tourisme en provenance d'Allemagne, qui oblige actuellement toute personne arrivant d'Autriche à se mettre en quarantaine. Giuseppe Conte a menacé de prendre des mesures similaires pour les Italiens qui se rendent en Autriche pour y faire du ski.

"Si nous sommes fermés mais que d'autres régions sont ouvertes, alors probablement que les Italiens choisiront de passer leurs vacances dans un autre pays et cela serait doublement désastreux", a précisé Michele Bertolini à Reuters.

Les stations suisses, quant à elles, ont commencé à ouvrir et ne prévoient pas de fermer, malgré un nombre relativement élevé de décès au niveau national liés au coronavirus.

L'Autriche a imposé mardi un confinement plus strict de sa population qui devrait prendre fin le 7 décembre et les stations espèrent rouvrir avant Noël.

Du côté de la France, Emmanuel Macron et le gouvernement ont prévenu qu'il serait "impossible d'envisager une ouverture pour les fêtes" des remontées mécaniques et des équipements collectifs, mais plutôt "courant janvier, dans de bonnes conditions".

ESPOIRS D'OUVERTURES

Malgré les obstacles, certaines stations espèrent ouvrir, même si les chiffres sont en forte baisse par rapport à une saison normale.

"Nous voulons envoyer un signal indiquant que nous avons beaucoup appris de nos expériences et regagner la confiance", a déclaré Andreas Steibl, directeur de l'organisme de tourisme de la station d'Ischgl, le lieu de la pire épidémie de coronavirus en Autriche à ce jour.

La station qui se fait appeler "Ibiza des Alpes" en raison de sa scène festive doit absolument rétablir sa réputation. Ischgl devait à l'origine ouvrir le 26 novembre, date repoussée provisoirement au 17 décembre.

Pour les économies nationales, ces fermetures représentent des milliards d'euros de manque à gagner. Rien qu'en Autriche, le ministère des Finances estime que les recettes des stations de ski représentent environ 800 millions d'euros par semaine.

(Matteo Berlenga, avec Francois Murphy à Vienne, Crispian Balmer, Eleanor Biles et Giselda Vagnoni à Rome, EmmaThomasson and Thomas Seythal à Berlin et Michael Shields àZurich; Version française Kate Entringer, édité par Jean-Michel Bélot)