Téléchargez
notre application
Ouvrir

Wall St débute en ordre dispersé la dernière séance d'un mois record

reuters.com  |   |  309  mots
Wall st debute en ordre disperse[reuters.com]
(Crédits : Brendan Mcdermid)

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert en ordre dispersé lundi, entre espoirs de vaccins contre le coronavirus, baisse du pétrole et reprise des fusions-acquisitions, pour la dernière séance d'un mois particulièrement faste pour les actions.

Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones perd 259,52 points, soit 0,87%, à 29.650,85 et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,39% à 3.624,31 alors que le Nasdaq Composite est stable à 12.207,55 points.

Le Dow Jones affiche pour l'instant une hausse de 11,8% depuis le début du mois et le S&P-500 une progression de 10,8%, sa meilleure performance pour un mois de novembre depuis sa création, grâce aux espoirs de rebond économique en 2021, alimentés par l'élection de Joe Biden et surtout par les annonces de progrès dans la recherche de vaccins contre le coronavirus.

Sur ce dernier point, le laboratoire Moderna s'apprête à franchir une nouvelle étape puisqu'il a annoncé lundi son intention de déposer une demande d'autorisation d'urgence auprès des autorités américaines et européennes.

Le titre Moderna bondit de 17,16%.

A la baisse, les valeurs pétrolières souffrent du recul des cours du brut dans l'attente des décisions de l'Opep et de ses grands alliés sur leur stratégie commune de production.

Chevron perd 1,36%, Occidental Petroleum 1,45%, ConocoPhillips 2,52%.

Les chaînes de grands magasins sont eux aussi à la peine après un "Black Friday" marqué par une baisse de la fréquentation, crise sanitaire oblige: les enseignes Macy's et Kohl's abandonnent respectivement 3,78% et 3,8%.

Dans l'actualité des fusions-acquisitions, IHS Markit gagne 6,6% après l'annonce de son rachat par S&P Global (+1,15%) pour 44 milliards de dollars (36,7 milliards d'euros) et Slack Technologies prend 6,74% après les informations de CNBC évoquant l'annonce dès mardi d'un rachat par Salesforce (-2,28%).

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)