Téléchargez
notre application
Ouvrir

Un télescope australien cartographie l'espace à une vitesse record

reuters.com  |   |  299  mots
Un telescope australien cartographie l'espace a une vitesse record[reuters.com]
(Crédits : Nasa Nasa)

par Sonali Paul

MELBOURNE (Reuters) - Un puissant nouveau télescope dans l'arrière-pays australien a cartographié des vastes régions de l'univers en un temps record, révélant un million de nouvelles galaxies et ouvrant ainsi la voie à de nouvelles découvertes, a déclaré mardi l'agence scientifique nationale australienne.

Le radiotélescope, baptisé "the Australian Square Kilometre Array Pathfinder (ASKAP)", a réussi à cartographier environ trois millions de galaxies en seulement 300 heures, alors que des relevés comparables du ciel peuvent prendre jusqu'à 10 ans.

Selon l'astronome David McConnell, qui a dirigé l'étude du ciel austral pour l'Organisation de la recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO), ce télescope change la donne.

Son large champ de vision est en effet unique et lui permet notamment de prendre des photos panoramiques du ciel dont les détails sont plus précis qu'auparavant.

ASKAP n'a d'ailleurs eu besoin que de combiner 903 images pour cartographier le ciel. En comparaison, sonder le ciel entier par radiotélescope nécessite habituellement des dizaines de milliers d'images.

Selon David McConnell, le télescope est plus sensible et permet donc de voir plus d'objets que par le passé. "Même avec ce premier passage, nous avons déjà trouvé des objets inhabituels", a-t-il ajouté.

Disposer d'un télescope capable d'étudier le ciel en quelques semaines ou mois permet également de répéter le processus plusieurs fois dans un laps de temps relativement court, aidant ainsi les astronomes à repérer et à suivre les changements de façon systématique.

L'analyse statistique des données recueillies dans cette enquête devrait permettre aux astronomes d'en savoir plus sur la formation des étoiles et sur l'évolution des galaxies et des trous noirs.

(version française Charles Regnier, édité par Blandine Hénault)