Téléchargez
notre application
Ouvrir

Israël : Les divergences entre Gantz et Netanyahu menacent le gouvernement d'union

reuters.com  |   |  316  mots
Israel: les divergences entre gantz et netanyahu menacent le gouvernement d'union[reuters.com]
(Crédits : Handout .)

par Jeffrey Heller

JERUSALEM (Reuters) - Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, en désaccord avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur le budget, a apporté mercredi son soutien à une motion de l'opposition réclamant la dissolution du Parlement, ce qui pourrait donner lieu à un quatrième scrutin législatif en deux ans.

Le texte a été approuvé à la Knesset, mais trois autres votes sont nécessaires pour qu'il entre en vigueur, ce qui pourrait laisser aux deux têtes de l'exécutif le temps de surmonter leurs divergences.

Le désaccord entre les chefs de file du centre et de la droite, qui ont formé en mai un gouvernement d'union nationale pour faire face à la crise du coronavirus, vient s'ajouter aux incertitudes liées à l'alternance aux Etats-Unis et au risque de représailles iraniennes, après l'assassinat du scientifique Mohsen Fakhrizadeh, que l'Etat hébreu et les puissances occidentales considéraient comme le principal maître d'oeuvre du programme nucléaire de la république islamique.

"Les partisans du 'Tout sauf Bibi' entraînent Israël vers des élections inutiles", a écrit sur Twitter Mikki Zohar, député du Likoud, utilisant le surnom du Premier ministre.

En vertu de l'accord de cohabitation conclu en mai, Benny Gantz, chef de file du parti Bleu et blanc, doit prendre les commandes du gouvernement en novembre 2021, mais les observateurs n'imaginent pas que Benjamin Netanyahu, poursuivi dans une affaire de corruption, puisse céder son poste.

"Ce n'est pas le moment d'organiser des élections, mais de s'unir", a déclaré mardi le Premier ministre.

Même si la dissolution du parlement n'est pas votée, le gouvernement d'union pourrait ne pas résister aux divergences sur le projet de budget. S'il n'est pas adopté avant le 23 décembre, les Israéliens devront retourner aux urnes.

(Version française Jean-Philippe Lefief, édité par Jean-Stéphane Brosse)