Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le rapport de la mission COVID déplore l'impréparation de l'Etat

reuters.com  |   |  566  mots
Le rapport de la mission covid deplore l'impreparation de l'etat[reuters.com]
(Crédits : Christian Hartmann)

PARIS (Reuters) - Le rapport de la mission d'information de l'Assemblée nationale sur la crise du coronavirus en France dresse un constat sévère sur la gestion "chaotique" du gouvernement français, marquée par une "succession d'impréparations, de pesanteurs et sans doute d'hésitations".

Adopté mercredi en commission, le texte, fruit de six mois de travaux et de 56 auditions et mis en ligne par plusieurs médias, souligne en préambule que la "crise a été marquée par de nombreuses inconnues scientifiques" qui n'ont "pas facilité la prise de décision publique".

Mais il pointe le "désarmement" de l'Etat face à des crises sanitaires telles que celles provoquées par le COVID-19, résultat d'une lente évolution ces dix dernières années pendant lesquelles d'autres priorités, comme la sécurité, ont peu à peu affaibli ses capacités de réaction.

Ce manque de préparation "s'est illustré, au pire moment, par la pénurie majeure en équipements de protection et en particulier en masques", souligne le texte de la commission d'enquête présidée par le député LaRem Julien Borowczyk et dont le rapporteur est le député LR Eric Ciotti.

Le rapport fustige également les "lourdeurs bureaucratiques et administratives" qui ont entravé le pilotage de la gestion de crise par les autorités nationales ou régionales, notamment sur la question des tests ou encore de la gestion des frontières.

Enfin, il constate qu'un "système de soins que l'on pensait solide" (...) s'est retrouvé démuni" et contraint de "gérer dans l'urgence le risque de débordement de ses capacités face à l'ampleur de l'épidémie".

MINISTÈRE DÉLÉGUÉ À L'ANTICIPATION DES CRISES

Le rapport formule une série de recommandations pour améliorer la situation, dont la création d'un ministère délégué auprès du Premier ministre chargé de l'anticipation des crises.

Ce ministère serait notamment chargé d'organiser "la planification de la réponse aux différents risques", d'élaborer "la liste des produits, équipements et services devant figurer dans le stock stratégique" et d'organiser "la formation à la gestion de crise et la diffusion d'une culture de prévention des risques dans la société".

La mission d'information préconise également le remplacement des agences régionales de santé par des agences départementales placées sous l'autorité hiérarchique des préfets, ou des mesures pour relocaliser les filières de production des équipements, produits et services d'importance vitale et garantir une production au moins égale à 50% des besoins en temps de crise sur le territoire national.

Concernant le système de soins, elle prône entre autres le renforcement des liens entre médecine de ville et médecine hospitalière, des moyens humains et financiers alloués à la réserve sanitaire, et de la polyvalence de certaines professions médicales.

Sur la question des Ehpad, elle suggère de "revoir en profondeur le modèle des établissements pour personnes âgées dans le cadre de la loi sur le grand âge".

"À la fin du mois de novembre 2020, l'épidémie de Covid-19 avait causé le décès de plus de 50 000 personnes dans notre pays. Si l'on rapporte ce chiffre à la population, la France est le quatrième pays le plus touché de l'Union européenne", rappelle la commission d'enquête.

(Jean-Stéphane Brosse)