Téléchargez
notre application
Ouvrir

Italie : Conte obtient la confiance de la Chambre, vote mardi au Sénat

reuters.com  |   |  461  mots
Italie: le fragile gouvernement fait face a un vote crucial au parlement[reuters.com]
(Crédits : Remo Casilli)

par Crispian Balmer et Gavin Jones

ROME (Reuters) - Le président du Conseil italien a obtenu lundi la confiance de la Chambre des députés, malgré la défection d'Italia Viva, le parti de Matteo Renzi, qui menaçait de le priver de majorité parlementaire.

Les élus, dont Giuseppe Conte avait sollicité le soutien après cette rupture, se sont prononcés par 321 voix contre 259. La marge est plus confortable que les observateurs ne s'y attendaient.

Le chef du gouvernement risque d'avoir plus de mal à conserver sa majorité au Sénat, où elle était déjà très étroite avec Italia Viva. Le vote aura lieu mardi après 17h00 GMT.

Avant le vote à la Chambre, Giuseppe Conte avait appelé les élus de tous bords à rejoindre les rangs de sa coalition et à lui apporter le soutien le plus large pour mettre en oeuvre son programme pro-européen.

"Aidez-nous à panser cette plaie", a-t-il déclaré à la Chambre. Pour séduire les parlementaires centristes, Giuseppe Conte a promis de revoir son programme et de procéder à un remaniement.

"Je demande un soutien clair et transparent, basé sur la force et la clarté de la proposition", a déclaré le président du Conseil, tout en déplorant la rupture avec Italia Viva après 17 mois d'alliance.

TRAHISON

"Soyons francs, nous ne pouvons pas revenir sur ce qui s'est passé, nous ne pouvons pas regagner la foi et la confiance qui sont des conditions essentielles pour travailler ensemble. Maintenant, nous devons tourner la page", a-t-il déclaré, semblant ainsi fermer la porte à une éventuelle réconciliation avec son prédécesseur.

Italia Viva dit s'être retiré de la coalition en raison d'un différend sur la gestion de la crise du coronavirus et de ses effets sur l'économie. Le petit parti reproche notamment à Giuseppe Conte ses projets en matière d'allocation des milliards d'euros promis à Rome dans le cadre du plan de relance de l'UE.

Luigi Di Maio, ministre des Affaires étrangères et chef de file du Mouvement 5 Etoiles (M5S), qui appartient à la coalition au pouvoir tout comme le Parti démocrate, s'est dit prêt à se contenter d'une majorité relative.

"C'est une majorité. La majorité absolue n'est nécessaire que pour (les votes sur) les modifications budgétaires et très peu d'autres décisions. Et quand nous en aurons besoin, nous la trouverons", a-t-il déclaré au Corriere della Sera.

Italia Viva n'a pas exclu un retour au sein de la coalition gouvernementale si ses demandes politiques sont entendues mais le PD et le M5S rejettent cette possibilité, dénonçant une trahison de la part de Matteo Renzi.

(avec Giulia Segreti et Angelo Amante;version française Jean Terzian, Claude Chendjou et Jean-Philippe Lefief)