Téléchargez
notre application
Ouvrir

La Chine risque de "manger notre repas", prévient Biden après un entretien avec Xi

reuters.com  |   |  581  mots
La chine risque de manger notre repas, previent biden apres un entretien avec xi[reuters.com]
(Crédits : Pool)

par David Brunnstrom, Alexandra Alper et Yew Lun Tian

WASHINGTON/PEKIN (Reuters) - Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping ont tenu dans la nuit de mercredi à jeudi leur premier entretien téléphonique lors duquel ils sont apparus en désaccord sur la plupart des questions, bien que Xi a prévenu qu'une confrontation serait un "désastre" pour les deux pays.

Alors que Xi Jinping a appelé à une coopération "gagnant-gagnant", Joe Biden a décrit la Chine comme le "plus important rival" des Etats-Unis dont il a promis de surmonter la concurrence.

Recevant jeudi dans le Bureau ovale un groupe bipartite de sénateurs pour discuter de la nécessité d'améliorer les infrastructures américaines, le locataire de la Maison blanche a déclaré que les Etats-Unis devaient élever leur niveau face au défi chinois.

Joe Biden a indiqué s'être entretenu avec Xi Jinping mercredi soir pendant deux heures, prévenant les sénateurs que "si l'on ne s'active pas, ils vont manger notre repas".

"Ils investissent des milliards de dollars pour s'occuper d'un éventail de questions liées aux transports, à l'environnement et plein d'autres choses. Nous devons nous mettre au niveau", a dit le président américain.

La Maison blanche a fait savoir que Joe Biden avait souligné auprès de Xi Jinping que la priorité de Washington était de préserver une région indo-pacifique libre et ouverte, alors que les Etats-Unis et la Chine y sont des rivaux stratégiques majeurs.

Joe Biden a exprimé ses inquiétudes "fondamentales" sur les pratiques commerciales "coercitives et déloyales" de Pékin, a rapporté la présidence américaine, mais aussi sur les pratiques de la Chine en matière des droits de l'homme, qu'il s'agisse de la répression à Hong Kong ou du traitement des minorités musulmanes dans la région chinoise du Xinjiang.

Toutes les questions liées aux droits de l'homme mentionnées par Joe Biden sont celles à propos desquelles Pékin avait explicitement demandé à Washington de se tenir à l'écart.

Xi Jinping a dit à Joe Biden qu'une confrontation serait un "désastre" et que les deux camps devaient rétablir des moyens d'éviter des erreurs de jugement, selon des propos rapportés par le ministère chinois des Affaires étrangères.

Le président chinois a maintenu une ligne dure à propos de Hong Kong, du Xinjiang et de Taiwan, des questions de "souveraineté et d'intégrité territoriale", a-t-il dit, ajoutant espérer que les Etats-Unis aborderont celles-ci avec précaution.

L'entretien téléphonique était le premier entre les dirigeants chinois et américain depuis près de 11 mois - Xi Jinping s'était entretenu pour la dernière fois avec l'ancien président américain Donald Trump le 27 mars dernier.

Depuis lors, les relations entre les deux plus grandes puissances mondiales n'ont cessé de se dégrader, alors que Donald Trump a reproché à la Chine ses pratiques commerciales et d'être à l'origine de la pandémie de coronavirus. Les tensions entre Washington et Pékin se trouvent à un niveau inédit depuis des décennies.

Xi Jinping avait félicité Joe Biden pour sa victoire électorale en novembre, bien que l'ancien sénateur et vice-président américain avait qualifié le dirigeant chinois de "voyou" durant la campagne électorale. Biden avait aussi promis de mener une campagne internationale pour "faire pression, isoler et punir la Chine".

(version française Jean-Terzian)