Téléchargez
notre application
Ouvrir

Des rebelles s'emparent puis quittent un bastion du gouvernement dans le nord-est du Nigeria

reuters.com  |   |  538  mots

MAIDUGURI, Nigeria (Reuters) - Des combattants de l'organisation Etat islamique (EI) ont quitté mardi la ville de Dikwa, bastion des forces gouvernementales et plate-forme humanitaire dans le nord-est du Nigeria, dont ils avaient pris le contrôle quelques heures plus tôt, ont déclaré mardi deux travailleurs humanitaires.

Un porte-parole de l'armée avait auparavant démenti les informations en provenance de sources proches des services de sécurité, de travailleurs humanitaires et d'habitants selon lesquels la ville avait été prise par les rebelles. Il a affirmé que l'attaque avait été repoussée et a démenti que des travailleurs humanitaires aient été pris au piège.

Ces combats à Dikwa, où vivent près de 100.000 personnes, témoignent néanmoins de la détérioration de la situation sécuritaire dans le nord du Nigeria.

Cette ville de l'Etat de Borno est au coeur du conflit mené depuis 11 ans par le groupe djihadiste Boko Haram et sa faction qui a prêté allégeance à l'EI, l'Etat islamique de la province d'Afrique de l'Ouest, qui a revendiqué l'attaque.

Sous le couvert de l'anonymat, deux travailleurs humanitaires à Dikwa ont déclaré que les combattants de l'EI avaient quitté la ville de leur propre gré avant le milieu de journée mardi, sans rencontrer de résistance de la part de l'armée nigériane.

Un soldat nigérian a déclaré que les assaillants avaient pris le dessus dans les combats, qui, selon lui, avaient commencé lundi.

"Nous avons fait de notre mieux pour repousser l'attaque mais ils nous ont déjà submergés", a déclaré cette source.

"Nous avons fui vers la brousse malgré les renforts de l'armée de l'air", a-t-elle ajouté.

D'autres sources ont confirmé la prise de la ville, notamment un membre de l'armée, deux sources des services de sécurité nigérians, deux internationales et quatre habitants.

"SUPER CAMPS"

La ville de Dikwa est l'un des "super-camps" de l'armée - des villes reconverties en forteresses défensives en 2019 pour limiter le nombre de victimes militaires, tout en cédant le contrôle d'une grande partie des zones rurales.

Les forces de sécurité nigérianes ont repoussé les insurgés hors des grandes villes du nord-est du pays en 2015 et 2016 mais le secteur est de nouveau en proie à une instabilité croissante.

La semaine dernière, des rebelles ont tiré des grenades RPG contre la plus grande ville du nord-est du Nigeria, Maiduguri, tandis que des bandes armées dans le nord-ouest ont enlevé plus de 600 écoliers au cours des trois derniers mois, dont 279 filles libérées mardi.

Aucun "super camp" n'était encore tombé aux mains des djihadistes avant janvier dernier, lorsque la ville de Marte a été envahie, avant d'être reprise la semaine dernière.

Les habitants de Dikwa ont déclaré que les assaillants portaient des uniformes militaires et se proclamaient "soldats du califat", terme utilisé par la branche ouest-africaine de l'EI.

Dikwa sert également de centre d'accueil pour les populations déplacées par le conflit. Les organisations humanitaires y construisent des camps et distribuent de la nourriture.

(Rédaction à Maiduguri; Paul Carsten à Abuja; version française Dagmarah Mackos, Kate Entringer, édité par Jean-Michel Bélot)