Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les USA envisagent des versements en espèces à l'Amérique centrale pour endiguer la migration

reuters.com  |   |  570  mots
Les usa envisagent des versements en especes a l'amerique centrale pour endiguer la migration[reuters.com]
(Crédits : Go Nakamura)

par Ted Hesson et Matt Spetalnick

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis envisagent un programme de transfert conditionnel d'argent liquide pour aider à faire face aux difficultés économiques qui poussent les migrants de certains pays d'Amérique centrale à se diriger vers le nord, ainsi que l'envoi de vaccins contre le COVID-19 à ces pays, a déclaré vendredi à Reuters un haut responsable de la Maison blanche.

Roberta Jacobson, coordinatrice de la Maison blanche pour la frontière méridionale, a déclaré à Reuters dans une interview que le programme potentiel serait destiné aux personnes vivant dans la région du Triangle du Nord du Guatemala, du Honduras et du Salvador, sans préciser qui exactement recevrait de l'argent.

Environ 168.000 personnes ont été prises en charge par les agents de la patrouille frontalière américaine à la frontière entre les États-Unis et le Mexique en mars, ce qui représente le chiffre mensuel le plus élevé depuis mars 2001 et s'inscrit dans le cadre de l'augmentation constante des arrivées au cours des derniers mois.

"Nous examinons toutes les options productives pour répondre aux raisons économiques qui poussent les gens à migrer, ainsi qu'aux raisons de protection et de sécurité", a déclaré Roberta Jacobson.

Elle n'a pas fourni d'explication détaillée sur le fonctionnement d'un programme de transfert d'argent.

"La seule chose que je peux vous promettre, c'est que le gouvernement américain ne va pas distribuer de l'argent ou des chèques aux gens", a-t-elle déclaré.

Roberta Jacobson a déclaré qu'aucune décision n'avait été prise quant à la priorité à accorder à l'envoi de vaccins aux pays du Triangle du Nord, mais que l'administration du président Joe Biden examinerait comment les vaccins pourraient aider les économies en difficulté de ces pays. Elle a ajouté que la question des vaccins était distincte des discussions sur l'immigration avec ces pays.

Les pays d'Amérique centrale ont dû faire face à des délais d'attente parmi les plus longs du continent américain pour obtenir leurs premiers vaccins. Frustrés par le temps que cela a pris, certains gouvernements régionaux ont commencé à se tourner vers la Chine et la Russie pour obtenir de l'aide.

Joe Biden, qui a pris ses fonctions le 20 janvier, a demandé une aide au développement de 4 milliards de dollars (3,3 milliards d'euros) sur quatre ans pour l'Amérique centrale afin de s'attaquer aux causes sous-jacentes de la migration.

Vendredi, la Maison blanche a demandé au Congrès 861 millions de dollars pour cet effort dans la première proposition de budget annuel de Joe Biden. Il s'agirait d'une forte augmentation par rapport aux quelque 500 millions de dollars d'aide de cette année.

Kevin McCarthy, le chef de la minorité républicaine à la Chambre des représentants des États-Unis, a critiqué l'idée de transferts en espèces.

"C'est insultant pour les millions d'Américains qui sont sans emploi ou confrontés au désespoir dans notre pays", a-t-il déclaré dans un communiqué vendredi soir.

Un porte-parole de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), qui gère l'aide étrangère, a déclaré à Reuters dans un communiqué qu'elle utilisait déjà des transferts d'argent liquide dans des programmes "pour aider les gens à répondre à leurs besoins fondamentaux" à la suite des ouragans violents qui ont frappé l'Amérique centrale fin 2020. L'USAID envisage d'étendre ces efforts à l'avenir, a ajouté le porte-parole.

(version française Camille Raynaud)