Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Inde et le Pakistan ont tenu des discussions secrètes pour tenter de sortir de l'impasse au Cachemire

reuters.com  |   |  926  mots
L'inde et le pakistan ont tenu des discussions secretes pour tenter de sortir de l'impasse au cachemire[reuters.com]
(Crédits : Danish Ismail)

par Sanjeev Miglani et Asif Shahzad

NEW DELHI (Reuters) - De hauts officiers de renseignement de l'Inde et du Pakistan ont tenu des discussions secrètes à Dubaï en janvier dans un nouvel effort pour calmer les tensions militaires dans la région himalayenne contestée du Cachemire, ont déclaré à Reuters des personnes ayant une connaissance approfondie de la question.

Les liens entre les deux pays rivaux dotés de l'arme nucléaire sont gelés depuis l'attentat suicide contre un convoi militaire indien au Cachemire en 2019, attribué à des militants basés au Pakistan.

Plus tard cette année-là, le Premier ministre indien Narendra Modi a retiré l'autonomie du Cachemire afin de resserrer son emprise sur le territoire, provoquant l'indignation du Pakistan, la dégradation des liens diplomatiques et la suspension du commerce bilatéral entre les deux pays.

Mais les deux gouvernements ont rouvert une voie diplomatique visant à établir une modeste feuille de route pour normaliser les liens au cours des prochains mois, ont indiqué les personnes concernées.

Le Cachemire est depuis longtemps un point de friction entre l'Inde et le Pakistan, qui revendiquent tous deux la région mais ne la gouvernent qu'en partie.

Des responsables de la Research and Analysis Wing, l'agence de renseignement extérieur de l'Inde, et de l'Inter-Services Intelligence du Pakistan se sont rendus à Dubaï pour une réunion facilitée par le gouvernement des Émirats arabes unis, ont indiqué deux sources.

Le ministère indien des Affaires étrangères n'a pas répondu à une demande de commentaire. L'armée pakistanaise, qui contrôle l'ISI, n'a pas non plus répondu.

Mais Ayesha Siddiqa, analyste pakistanaise, a déclaré qu'elle pensait que des responsables des services de renseignement indiens et pakistanais se rencontraient depuis plusieurs mois dans des pays tiers.

"Je pense qu'il y a eu des réunions en Thaïlande, à Dubaï, à Londres entre des représentants de haut niveau", a-t-elle déclaré.

TENSIONS

De telles réunions ont également eu lieu par le passé, notamment en période de crise, mais n'ont jamais été reconnues publiquement.

"Il y a beaucoup de choses qui peuvent encore mal tourner, c'est tendu", a déclaré l'une des sources. "C'est pourquoi personne n'en parle en public, nous n'avons même pas de nom pour cela, ce n'est pas un processus de paix. Vous pouvez l'appeler un réengagement", a déclaré l'une d'elles.

Les deux pays ont des raisons de chercher un rapprochement. L'Inde est enfermée dans une impasse frontalière avec la Chine depuis l'année dernière et ne veut pas que l'armée s'étende sur le front pakistanais.

Le Pakistan, embourbé dans des difficultés économiques et soumis à un programme de renflouement du FMI, ne peut se permettre d'accroître les tensions à la frontière du Cachemire pendant une période prolongée, selon les experts. Il doit également stabiliser la frontière afghane à l'ouest, au moment où les États-Unis se retirent.

"Il vaut mieux que l'Inde et le Pakistan se parlent que le contraire, et il vaut encore mieux que cela se fasse discrètement plutôt que sous les feux des projecteurs", a déclaré Myra MacDonald, une ancienne journaliste de Reuters.

"Mais je ne pense pas que cela aille bien au-delà d'une gestion de base des tensions, peut-être pour aider les deux pays à traverser une période difficile - le Pakistan doit faire face aux retombées du retrait américain d'Afghanistan, tandis que l'Inde doit faire face à une situation bien plus volatile sur sa frontière contestée avec la Chine".

METTRE UN FREIN A LA RHÉTORIQUE

À la suite de la réunion de janvier, l'Inde et le Pakistan ont annoncé qu'ils mettraient fin aux tirs transfrontaliers le long de la ligne de contrôle (LoC) divisant le Cachemire, qui ont fait des dizaines de morts et de nombreux blessés parmi les civils. Ce cessez-le-feu tient, selon les responsables militaires des deux pays.

Les deux parties ont également fait part de leur intention d'organiser des élections de leur côté du Cachemire cette année, dans le cadre des efforts visant à ramener la normalité dans une région déchirée par des décennies d'effusion de sang.

Les deux parties ont également convenu de mettre un frein à leur rhétorique, selon les personnes auxquelles Reuters a parlé.

Ainsi, le Pakistan renoncerait à s'opposer bruyamment à l'abrogation de l'autonomie du Cachemire par Narendra Modi en août 2019, tandis que Delhi s'abstiendrait de blâmer le Pakistan pour toute violence de son côté de la ligne de contrôle.

L'Inde a longtemps rendu le Pakistan responsable de la révolte au Cachemire, une allégation démentie par le Pakistan.

"Il est admis qu'il y aura des attaques au Cachemire, et des discussions ont eu lieu sur la manière d'y faire face et de ne pas laisser cet effort dérailler par la prochaine attaque", a déclaré l'une des personnes interrogées.

Il n'existe cependant pas encore de grand plan pour résoudre le conflit du Cachemire, vieux de 74 ans. Les deux parties s'efforcent plutôt de réduire les tensions pour ouvrir la voie à un engagement plus large, ont déclaré toutes les personnes auxquelles Reuters a parlé.

"Le Pakistan passe d'un domaine géostratégique à un domaine géoéconomique", a déclaré à Reuters Raoof Hasan, assistant spécial du Premier ministre pakistanais Imran Khan.

"La paix, tant à l'intérieur qu'autour avec ses voisins, est un élément clé pour faciliter cela".

(version française Camille Raynaud)