Téléchargez
notre application
Ouvrir

BoJ : Kuroda souhaite un débat sur le rôle de la politique monétaire dans la lutte contre le changement climatique

reuters.com  |   |  375  mots
Boj: kuroda souhaite un debat sur le role de la politique monetaire dans la lutte contre le changement climatique[reuters.com]
(Crédits : Kim Kyung-Hoon)

par Leika Kihara

TOKYO (Reuters) - Le gouverneur de la Banque du Japon (BoJ), Haruhiko Kuroda, a déclaré vendredi qu'il espérait approfondir le débat avec les décideurs mondiaux sur le rôle que la politique monétaire peut jouer dans la lutte contre le changement climatique.

"Il y a de nombreux facteurs que nous devons prendre en compte, tels que la façon dont cela affectera la distribution des ressources", a déclaré Haruhiko Kuroda au parlement japonais, lorsqu'un parlementaire lui a demandé comment la BoJ peut aider à lutter contre le changement climatique grâce à des outils monétaires.

"Nous espérons approfondir le débat dans les réunions internationales."

Haruhiko Kuroda a déclaré que toute décision de la BoJ sur le changement climatique doit être conforme à son mandat de maintien de la stabilité des prix et du système financier.

Le changement climatique posant un risque croissant pour la stabilité financière, les banques centrales examinent leur propre rôle dans la transition climatique.

La BoJ se méfie de l'intégration de concepts écologiques dans la politique monétaire, mais tient à prendre davantage en compte les risques liés au climat dans l'évaluation de la santé du système bancaire japonais.

Haruhiko Kuroda a défendu son objectif d'inflation de 2%, en déclarant qu'il ne voyait pas la nécessité de le modifier. Les prix à la consommation continueront à baisser pour le moment en raison de la pandémie de COVID-19 et de l'impact des baisses des prix du pétrole brut, mais commenceront à augmenter par la suite, a-t-il déclaré.

"Cela prendra du temps, mais il est encore possible d'atteindre notre objectif d'inflation de 2%", a déclaré Haruhiko Kuroda.

La BoJ a procédé à une révision de ses outils de politique monétaire en mars afin de les rendre plus durables, des années de forte impression monétaire n'ayant pas réussi à relancer l'inflation, ce qui l'a obligée à maintenir un programme de relance radical plus longtemps que prévu.

Les prix à la consommation de base au Japon ont baissé de 0,4% en février par rapport à l'année précédente, restant loin de l'objectif de la BoJ.

(version française Camille Raynaud)