Téléchargez
notre application
Ouvrir

USA : Le département de la Justice lance une enquête sur la police de Minneapolis

reuters.com  |   |  417  mots
Usa: le departement de la justice lance une enquete sur la police de minneapolis[reuters.com]
(Crédits : Pool)

par Sarah N. Lynch et Jan Wolfe

WASHINGTON (Reuters) - Le département américain de la Justice a lancé mercredi une enquête civile sur les pratiques de la police de Minneapolis, au lendemain du verdict dans le procès de l'ancien officier Derek Chauvin, reconnu coupable du meurtre de l'Afro-Américain George Floyd l'an dernier dans la ville du Minnesota.

Cette enquête est la première mesure majeure de l'Attorney General (ministre fédéral de la Justice) Merrick Garland, alors que le président américain Joe Biden a promis de lutter contre le racisme systémique qui gangrène selon lui les Etats-Unis.

Elle vise à déterminer si les services de police de Minneapolis adoptent "un modèle ou pratiquent un usage excessif de la force, dont pendant des manifestations", a dit l'Attorney General, ajoutant qu'il se pencherait aussi sur un éventuel "comportement discriminatoire" de la police à l'égard de ceux présentant un handicap mental et si ce traitement est illégal.

La condamnation de Derek Chauvin marque un moment important dans l'histoire des tensions raciales aux Etats-Unis et une réprimande du traitement de la police à l'égard de la communauté afro-américaine.

La mort de George Floyd, en mai dernier, est venue allonger une longue liste de civils abattus par la police et a provoqué à travers les Etats-Unis de vastes manifestations contre les violences policières et les discriminations raciales.

"Je sais que de telles blessures ont des racines profondes. Que de trop nombreuses communautés ont fait l'expérience de ces blessures. Le verdict d'hier dans le procès au pénal ne répond pas aux éventuels problèmes systémiques de la police à Minneapolis", a déclaré Merrick Garland, qui avait par le passé indiqué qu'il ferait de la lutte contre l'inconduite policière l'une de ses priorités.

Il a ajouté qu'une enquête criminelle distincte du département de la Justice, devant déterminer si les policiers impliqués dans l'arrestation violente de George Floyd ont violé les droits civiques de ce dernier, se poursuivait.

La décision d'ouvrir une enquête sur les agissements de la police marque un net contraste avec l'administration du précédent président américain, Donald Trump, qui a limité le recours possible à des décisions de justice visant à empêcher les services de police de violer les droits civiques de la population.

(Sarah N. Lynch et Jan Wolfe, avec Doina Chiacu; version française Jean Terzian)