Téléchargez
notre application
Ouvrir

Grande-Bretagne : La reine livre la vision post-pandémique de Johnson

reuters.com  |   |  601  mots
Grande-bretagne: la reine livre la vision post-pandemique de johnson[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

par Elizabeth Piper et William James

LONDRES (Reuters) - Le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis mardi de s'attaquer aux inégalités et de "niveler par le haut" le pays avec une série de lois post-pandémiques présentées comme le veut la tradition par la reine Elizabeth II au Parlement.

Lors d'une cérémonie très sobre en raison de la pandémie de COVID-19, la reine a lu les projets de loi que le gouvernement entend faire adopter l'année prochaine sur de nombreux sujets, de la création d'emplois à la santé en passant par la réduction de la bureaucratie post-Brexit.

Durant les 18 mois qui ont suivi la réélection avec une large majorité parlementaire des conservateurs, l'agenda politique de Boris Johnson a été éclipsé par la pandémie, qui a pris son gouvernement au dépourvu et a occupé la majeure partie de son temps.

Alors que la campagne vaccinale est plus avancée au Royaume-Uni que dans bien d'autres pays et que la propagation du virus semble être contenue, Boris Johnson entend relancer son programme de "nivellement par le haut" et restaurer son image, récemment écornée par des accusations de favoritisme.

"La priorité de mon gouvernement est d'assurer un redressement national à la suite de la pandémie qui rendra le Royaume-Uni plus fort, plus sain et plus prospère qu'avant", a déclaré la reine, âgée de 95 ans, dans un discours écrit par le gouvernement.

"Pour y parvenir, mon gouvernement va multiplier les opportunités dans toutes les régions du Royaume-Uni, en soutenant les emplois, les entreprises et la croissance économique et en abordant l'impact de la pandémie sur les services publics", a-t-elle ajouté.

En introduction à ce discours, Boris Johnson a déclaré: "la crise n'a en rien entamé l'ambition ou le goût du changement du gouvernement (...) Nous avons une occasion historique d'améliorer la situation."

DE LA RHÉTORIQUE A LA RÉALITÉ

Après avoir mené à bien la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne à la fin de l'année 2020, Boris Johnson a vanté les avantages du Brexit. Mais il n'a jusqu'à présent pas été en mesure d'honorer la promesse faite lors de la campagne du référendum sur le Brexit en 2016 de verser au service de santé 350 millions de livres (407 millions d'euros) par semaine.

Son gouvernement s'efforcera plutôt de réduire ce qu'il qualifie de bureaucratie européenne excessive en rationalisant les règles relatives aux aides d'État et aux marchés publics, afin de pouvoir allouer des fonds aux entreprises en difficulté plus rapidement et plus directement.

Cette politique s'intègre dans la stratégie du gouvernement visant à "reconstruire en mieux", qui comprenait également des réformes de l'éducation pour aider les adultes à accéder à l'apprentissage tout au long de la vie, ce dernier point étant considéré comme essentiel par les ministres pour améliorer la main-d'œuvre britannique.

Concernant le changement climatique, le gouvernement a réitéré sa promesse d'atteindre des émissions nettes de gaz à effet de serre nulles d'ici 2050. Un engagement qui, espère-t-il, incitera d'autres nations à réduire leurs objectifs d'émissions avant le sommet des Nations unies sur le climat qui se tiendra en novembre en Écosse.

Une grande partie du "discours de la reine" de mardi reprenait des thématiques déjà développées par le gouvernement, ce qui a conduit l'opposition travailliste à appeler le gouvernement à transformer sa "rhétorique en réalité".

(William James, Elizabeth Piper, version française Hayat Gazzane, édité par Jean-Michel Bélot)