Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le commandant des troupes américaines en Afghanistan a quitté ses fonctions

reuters.com  |   |  308  mots
Le commandant des troupes americaines en afghanistan a quitte ses fonctions[reuters.com]
(Crédits : Phil Stewart)

KABUL (Reuters) - Le commandant des troupes américaines en Afghanistan, le général Austin Miller, a quitté lundi ses fonctions, mettant ainsi fin symboliquement au plus long conflit extérieur des Etats-Unis alors que les taliban poursuivent leur offensive dans le pays.

Austin Miller s'est retiré sans même attendre la fin officielle de la mission des Etats-Unis en Afghanistan, dont la date butoir a été fixée au 31 août par le président Joe Biden.

Lors d'une cérémonie organisée à Kaboul, le commandant des troupes américaines a rendu hommage aux soldats américains tombés en Afghanistan depuis 20 ans, et appelé les taliban à mettre fin à leur offensive.

"Je dis aux taliban qu'eux aussi ont des responsabilités. Les Afghans ne veulent pas de cette violence qui n'en finit pas. Elle doit s'arrêter", a-t-il dit.

Le départ anticipé du général Miller n'est pas de nature à rassurer le gouvernement afghan au moment où les taliban contrôlent désormais une grande partie du pays.

Le général Kenneth McKenzie, dont le commandement central basé en Floride supervise les forces américaines dans des zones de conflits comme l'Afghanistan, l'Irak et la Syrie, s'est rendu à Kaboul pour rassurer les forces de sécurité afghanes et leur garantir que les Etats-Unis continueraient de les aider.

Lundi, des combattants taliban ont encerclé la ville de Ghazni, dans le centre de l'Afghanistan.

"La situation dans la ville de Ghazni est très critique (...) les taliban utilisent les logements des civils comme cachettes et tirent sur les ANDSF (forces de sécurité afghanes), ce qui rend (...) très difficile une riposte", a déclaré Hassan Rezayi, membre du conseil de Ghazni.

(Reportage Phil Stewart, bureau d'Afghanistan; version française Claude Chendjou et Tangi Salaün, édité par Jean-Michel Bélot et Bertrand Boucey)