Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les ventes de LVMH s'envolent au T2 grâce à Louis Vuitton et Dior

reuters.com  |   |  326  mots
Les ventes de lvmh s'envolent au t2 grace a louis vuitton et dior[reuters.com]
(Crédits : Benoit Tessier)

PARIS (Reuters) - L'envolée des ventes de Louis Vuitton et de Dior a dopé le chiffre d'affaires du géant français du luxe LVMH au deuxième trimestre, dans un contexte d'assouplissement mondial des restrictions liées à la pandémie de coronavirus.

Les ventes du groupe en données organiques, c'est-à-dire à changes et périmètre constants, ont bondi de 84% entre avril et juin, à 14,7 milliards d'euros, davantage encore que le consensus évoqué par UBS d'une hausse de 69%, mais en ligne avec les prévisions de HSBC.

Les ventes au premier semestre ont augmenté de 11% par rapport aux niveaux pré-pandémie, en 2019.

La division mode et maroquinerie du groupe, qui représente près de la moitié du chiffre d'affaires total, a vu ses revenus plus que doubler par rapport au deuxième trimestre 2020, le plus touché par la crise du coronavirus.

Le secteur du luxe s'est vite remis cette année du choc provoqué par la crise sanitaire et LVMH, le numéro un mondial, propriétaire de plus de 70 marques du champagne Moët & Chandon aux cosmétiques Guerlain, a bénéficié de cette reprise davantage que ses concurrents et gagné des parts de marché.

Les ventes du groupe ont été en particulier portées par une forte croissance en Chine et aux Etats-Unis.

Le groupe a annoncé que son bénéfice opérationnel avait plus que quadruplé au premier semestre par rapport à la même période l'année dernière, battant le consensus des analystes interrogés par Refinitiv.

Le titre LVMH a gagné plus de 70% depuis juin 2020, faisant du groupe la première entreprise européenne en termes de capitalisation boursière et permettant à son PDG, Bernard Arnault, de dépasser brièvement le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, en tant qu'homme le plus riche de la planète.

(Reportage Silvia Aloisi et Mimosa Spencer, version française Tangi Salaün, édité par Jean-Stéphane Brosse)