Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'économie de la zone euro se redresse plus rapidement que prévu, déclare Lagarde

reuters.com  |   |  341  mots
L'economie de la zone euro se redresse plus rapidement que prevu, declare lagarde[reuters.com]
(Crédits : Pool)

FRANCFORT/PARIS (Reuters) - La reprise de l'économie de la zone euro est plus rapide que ce qui était anticipé il y a six mois, grâce notamment à la campagne de vaccination contre le COVID-19 qui a permis d'alléger une grande partie des restrictions sanitaires liées à la pandémie, déclare jeudi la présidence de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde.

"Cette année, les choses vont certainement plus vite que nous ne le pensions - au point que nous aurons retrouvé les niveaux d'avant COVID-19 avant la fin de l'année", indique-t-elle dans un entretien à Bloomberg.

"Nous avions prévu que ce serait au mieux début 2022 ; ce sera maintenant en 2021".

Christine Lagarde met en avant le déploiement rapide de la campagne de vaccination dans la zone euro où 70% de la population adulte a finalisé son schéma vaccinal.

"Nus sommes toujours dans cette situation où la vaccination a une importance énorme" pour les perspectives économiques, indique-t-elle. "Mais sur ce plan, l'Europe s'est bien débrouillée".

La présidente de la BCE évoque également les travaux de l'institution pour la création d'un "euro numérique de banque centrale" dont elle a lancé le coup d'envoi cet été.

"Au lieu d'avoir des billets de banque et de l'argent liquide dans nos poches ou dans notre portefeuille, nous pouvons avoir exactement la même chose mais sous une forme numérique", explique-t-elle.

"Nous y travaillons tous et je tenais absolument à inscrire la question de la MNBC (monnaie numérique de banque centrale) à notre ordre du jour, car je pense que nous devons nous tenir prêts", poursuit Christine Lagarde.

A la question du remplacement des billets de banque par un euro numérique, Christine Lagarde répond que les deux cohabiteront.

"Parce que nous voulons que les consommateurs aient le chois. S'ils veulent toujours détenir ces billets et ces espèces, très bien, alors ils doivent continuer à être disponibles et à circuler".

(Balazs Koranyi et Blandine Hénault, édité par Nicolas Delame)