Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'armée américaine admet avoir tué par erreur dix civils afghans

reuters.com  |   |  315  mots
L'armee americaine admet avoir tue par erreur dix civils afghans[reuters.com]
(Crédits : U.s. Central Command Public Affa)

WASHINGTON (Reuters) - Un drone américain a tué par erreur le mois dernier à Kaboul dix civils dont sept enfants, a déclaré vendredi le chef du Commandement central de l'armée américaine.

"C'était une erreur et je présente mes sincères excuses", a déclaré à la presse le général Frank McKenzie.

Dans un premier temps, le Pentagone avait déclaré que cette frappe, survenue le 29 août dernier dans la capitale afghane, avait touché un véhicule "représentant une menace imminente du groupe Etat islamique en Afghanistan". Une deuxième explosion après la frappe, avait-il ajouté, "indiquait la présence d'une quantité importante de matériel explosif".

"Au moment de cette frappe, j'étais certain qu'elle avait prévenu une menace imminente contre nos troupes à l'aéroport", a déclaré le général McKenzie. "Notre enquête conclut désormais que cette frappe était une tragique erreur."

Le véhicule touché par le drone, a-t-il expliqué, ne transportait pas des membres du groupe Etat islamique et ne présentait aucune menace directe contre les troupes américaines basées à l'aéroport de Kaboul.

Le Pentagone envisage des réparations pour les personnes tuées, a ajouté le chef du Central Command, qui supervise les opérations militaires américaines au Moyen-Orient.

Dans les jours consécutifs à cette frappe, la mort de civils avait été évoquée. Le porte-parole des taliban Zabihullah Mujahid avait déclaré que la frappe avait coûté la vie à sept civils.

Les troupes américaines se sont retirées d'Afghanistan à la fin août, quinze jours après l'arrivée au pouvoir des taliban dans le pays, et après avoir organisé dans des circonstances chaotiques un pont aérien pour évacuer des dizaines de milliers d'Afghans et de ressortissants étrangers.

(Reportage Phil Stewart, Idrees Ali; version française Jean-Stéphane Brosse)