Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'UGTT voit dans les initiatives du président un danger pour la démocratie

reuters.com  |   |  271  mots
L'ugtt voit dans les initiatives du president un danger pour la democratie[reuters.com]
(Crédits : Zoubeir Souissi)

TUNIS (Reuters) - La puissante centrale syndicale tunisienne UGTT a qualifié vendredi de "danger pour la démocratie" la volonté du président Kaïs Saïed de réformer la Constitution et lancé un appel au dialogue.

Kaïs Saïed détient la quasi-totalité des pouvoirs depuis le 25 juillet dernier, date à laquelle il a démis le Premier ministre de ses fonctions et gelé les travaux du Parlement. Il a précisé mercredi ses intentions en déclarant qu'il comptait gouverner par décrets et piloter une réforme de la loi fondamentale.

Forte d'un million d'adhérents, dans un pays de moins de 12 millions d'habitants, l'Union générale tunisienne du travail est un acteur important de la vie politique tunisienne.

La centrale a salué dans un premier temps les mesures annoncées en juillet face à un système politique paralysé tout en mettant en garde le chef de l'Etat sur la nécessité de respecter la Constitution.

Dans un communiqué diffusé vendredi, l'UGTT dit rejeter le monopole du président sur les amendements constitutionnels, considérant qu'il s'agit d'un danger pour la démocratie.

Les mesures ont également été assimilées jeudi à un coup d'Etat par quatre partis politiques dont le Courant démocrate (Attayar) dans une déclaration conjointe.

La secrétaire générale d'Amnesty International, Agnès Callamard, a estimé vendredi que cette concentration des pouvoirs pourrait conduire très rapidement à davantage d'autoritarisme.

"Les clignotants sont au rouge", a-t-elle dit à Genève.

(Reportage Tarek Amara avec la contribution de Stephanie Nebehay à Genève; version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Blandine Hénault)