Téléchargez
notre application
Ouvrir

Grande-Bretagne : Le "roi du poulet" craint une inflation à deux chiffres sur l'alimentaire

reuters.com  |   |  364  mots
Grande-bretagne: le roi du poulet craint une inflation a deux chiffres sur l'alimentaire[reuters.com]
(Crédits : Henry Nicholls)

par Guy Faulconbridge et Andrew MacAskill

LONDRES (Reuters) - Les prix des produits alimentaires pourraient connaître une hausse à deux chiffres en Grande-Bretagne, où les consommateurs doivent s'attendre à la fin de 20 années de nourriture bon marché, a déclaré jeudi le plus grand producteur de poulet du pays, en évoquant une flambée des coûts sur toute la chaîne d'approvisionnement.

Frappée par la double crise du Brexit et du COVID-19, la cinquième économie mondiale est confrontée à des perturbations majeures sur sa chaîne d'approvisionnement.

"L'époque où l'on pouvait nourrir une famille de quatre personnes avec un poulet à 3 livres (3,54 euros) touche à sa fin", a déclaré dans un communiqué Ranjit Singh Boparan, propriétaire du groupe 2 Sisters et surnommé le "roi du poulet".

Ranjit Singh Boparan, qui produit environ un tiers de toute la volaille consommée au Royaume-Uni, estime que le gouvernement britannique ne pourra pas régler tous les problèmes ou contrôler l'inflation.

Le manque de main d'oeuvre va entraîner une inflation des salaires, a-t-il ajouté en précisant qu'il allait investir dans l'automatisation.

"Moins de main d'oeuvre signifie moins de choix, une gamme de produits réduite, des rayons vides et une inflation des salaires, et cela ne va pas changer", a-t-il prédit. "En ce moment, je dois être honnête sur ce que cela signifie pour le consommateur, car l'inflation pourrait atteindre deux chiffres."

Les facteurs de hausse des coûts sont multiples, selon lui. Les coûts des aliments pour animaux, les frais vétérinaires et les salaires ont augmenté de 15 à 20%, ceux de l'énergie et du dioxyde de carbone de plus de 500% sur un an et ceux des emballages, de 20% en six mois, le tout sur fond de pénurie de chauffeurs routiers, a-t-il énuméré.

Selon Londres, le Brexit n'est pas responsable de ces tensions.

"Je suis convaincu qu'il y aura un bon approvisionnement en marchandises pour tout le monde, et nous nous efforçons d'éliminer les blocages là où nous le pouvons", a déclaré le ministre des Finances de Boris Johnson, Rishi Sunak, lors d'un déplacement à Washington.

(Version française Kate Entringer)