Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le gouvernement vénézuélien suspend les négociations avec l'opposition

reuters.com  |   |  340  mots
Le gouvernement venezuelien suspend les negociations avec l'opposition[reuters.com]
(Crédits : Leonardo Fernandez Viloria)

CARACAS/PRAIA (Reuters) - Le Venezuela a annoncé samedi qu'il suspendait les négociations avec l'opposition qui devaient reprendre ce week-end, après que le Cap-Vert a extradé l'homme d'affaires colombien Alex Saab, un envoyé vénézuélien, vers les Etats-Unis pour blanchiment d'argent.

L'annonce a été faite par le président de l'Assemblée nationale du Venezuela, Jorge Rodriguez, qui dirige l'équipe de négociation du gouvernement. Jorge Rodriguez a déclaré que le gouvernement vénézuélien ne participerait pas aux négociations qui doivent commencer dimanche.

En septembre, le gouvernement vénézuélien a nommé Alex Saab comme membre de son équipe de négociation dans les pourparlers avec l'opposition au Mexique, où les deux parties cherchent à résoudre leur crise politique.

Jorge Rodriguez a qualifié la décision de suspendre les négociations "d'expression de notre plus profonde protestation après l'agression brutale contre la personne et l'investiture de notre délégué Alex Saab Moran".

Dans un message publié sur Twitter par le ministère des communications, le Venezuela a dénoncé l'extradition comme un "enlèvement".

Le chef de l'opposition, Juan Guaido, a condamné cette décision.

Alex Saab, un proche du président vénézuélien Nicolas Maduro, a été arrêté au Cap-Vert en juin 2020.

Les autorités judiciaires américaines soupçonnent Alex Saab d'être impliqué dans un système de corruption visant à tirer profit du taux de change contrôlé par l'Etat du Venezuela.

Elles le soupçonnent également d'avoir organisé un réseau de corruption ayant permis de tirer profit d'un programme de subventions alimentaires géré par l'Etat.

La radio nationale du Cap-Vert a annoncé l'extradition samedi. Le gouvernement du Cap-Vert n'était pas immédiatement disponible pour un commentaire.

Le ministère américain de la Justice n'a pas non plus immédiatement répondu à une demande de commentaire.

(Reportage Mayela Armas, Deisy Buitrago et Julio Rodrigues; rédigé par Bate Felix et Julia Symmes Cobb; version française Camille Raynaud)