Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Otan adopte un plan contre une menace russe jugée croissante

reuters.com  |   |  433  mots
L'otan va adopter un plan pour dissuader la menace russe, selon des diplomates[reuters.com]
(Crédits : Yves Herman)

par Robin Emmott

BRUXELLES (Reuters) - Les ministres de la Défense de l'Otan ont approuvé jeudi un nouveau plan directeur pour se défendre contre toute attaque russe menée sur plusieurs fronts, réaffirmant ainsi la volonté de dissuasion de l'Alliance vis-à-vis de Moscou malgré l'intérêt croissant porté à la Chine.

Cette stratégie va au-delà des plans de défense régionaux existants et vise à se préparer à une attaque simultanée dans les régions de la Baltique et de la mer Noire, incluant éventuellement des armes nucléaires, le piratage de réseaux informatiques ou des attaques lancées de l'espace.

"Nous continuons de renforcer notre alliance avec des projets meilleurs et modernisés", a déclaré le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, à l'issue de la réunion.

Un fonds d'un milliard de dollars a aussi été adopté comme base de financement du développement de nouvelles technologies numériques.

Les responsables de l'Otan soulignent qu'ils ne considèrent pas comme imminente une quelconque attaque russe. Moscou nie de son côté toute intention belliqueuse et affirme que c'est l'Otan qui risque de déstabiliser l'Europe avec de tels préparatifs.

Mais selon des diplomates, un tel "concept de dissuasion et de défense dans la zone euro-atlantique" - et son plan de mise en oeuvre - est nécessaire alors que la Russie développe des systèmes d'armes avancés et déploie des troupes et du matériel près des frontières de pays membres de l'Alliance.

"C'est le moyen de faire de la dissuasion", a souligné la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer. "Et nous sommes en train de l'adapter au comportement actuel de la Russie. Nous sommes témoins de violations de l'espace aérien dans les Etats baltes, mais aussi d'incursions en mer Noire", a-t-elle dit à la radio Deutschlandfunk.

En mai, la Russie a déployé quelque 100.000 soldats à sa frontière avec l'Ukraine, la démonstration de force la plus significative depuis que Moscou a annexé la Crimée en 2014, selon des responsables occidentaux. En septembre, la Russie a utilisé de nouveaux robots de combat lors de vastes exercices militaires avec la Biélorussie, qui ont particulièrement alarmé les pays baltes.

Moscou a aussi dévoilé récemment un missile hypersonique capable de transporter une tête nucléaire et de déjouer les systèmes de détection actuels.

(Reportage Robin Emmott; version française Camille Raynaud, Tangi Salaün et Jean Terzian, édité par Sophie Louet et Jean-Stéphane Brosse)