Téléchargez
notre application
Ouvrir

La Fiac fait son retour au Grand Palais éphémère

reuters.com  |   |  312  mots
La fiac fait son retour au grand palais ephemere[reuters.com]
(Crédits : Benoit Tessier)

par Michaela Cabrera

PARIS (Reuters) - La Foire internationale d'art contemporain (Fiac) de Paris, annulée en 2020 pour cause de pandémie de COVID-19, s'ouvre ce jeudi et jusqu'à dimanche dans ses nouveaux quartiers, les espaces du Grand Palais éphémère, installé sur le Champ-de-Mars pendant la restauration du Grand Palais.

Plus de 170 galeries des cinq continents participent à cette 47e édition, qui s'accompagnera une nouvelle fois d'une programmation "Hors les Murs" avec des oeuvres présentées dans le Jardin des Tuileries, ainsi qu'une imposante installation du sculpteur américain Alexander Calder, "Flying Dragon", place Vendôme.

Même si la page de la pandémie de COVID-19 n'est pas encore définitivement tournée - masque et pass sanitaire étant de rigueur - organisateurs et participants présents jeudi lors de la première journée réservée aux marchands d'art et collectionneurs ont salué le quasi-retour à la normale de cet événement.

"C'est un énorme plaisir de pouvoir à nouveau voir réunies ces galeries qui étaient fermées pendant très, très longtemps, de pouvoir à nouveau entendre des personnes parler dans une langue étrangère, et d'être à nouveau réunis autour de l'art", a déclaré Catherine Dobler, collectionneuse, fondatrice et dirigeante de la fondation LAccolade qui propose des résidences aux artistes.

"Malgré les masques, on passe vraiment un bon moment", a renchéri Bellatrix Hubert, associée principale de la galerie David Zwirner.

Autre héritage de la crise sanitaire, la déclinaison entièrement numérique de la Fiac, "Fiac Online Viewing Rooms", inaugurée au printemps dernier, connaîtra sa deuxième édition en parallèle de la foire physique, avec 43 galeries ne prenant part à la Fiac que par le biais de cette version dématérialisée.

(Rédigé par Christian Lowe, version française Myriam Rivet, édité par Sophie Louet)