Téléchargez
notre application
Ouvrir

Pêche : Londres compte riposter aux mesures françaises

reuters.com  |   |  397  mots
Peche: londres compte riposter aux mesures francaises[reuters.com]
(Crédits : Sarah Meyssonnier)

LONDRES (Reuters) - Les menaces françaises de bloquer l'accès des navires britanniques à la majorité des ports français et de compliquer les importations britanniques à compter de la semaine prochaine ne sont pas compatibles avec le droit international et feront l'objet de représailles "appropriées et calibrées" si elles sont effectivement mises en place, a fait savoir jeudi le gouvernement britannique.

"Les mesures brandies par la France ne semblent pas compatibles avec l'Accord de commerce et de coopération (qui régit les relations entre Royaume-Uni et Union européenne post-Brexit-NDLR) ni plus largement avec le droit international", a déclaré jeudi le ministre britannique de l'Environnement, George Eustice, au Parlement.

"Si ces menaces venaient être mises à exécution, elles feront l'objet de mesures appropriées et calibrées en retour", a-t-il ajouté.

La France a annoncé mercredi l'entrée en vigueur le 2 novembre de "mesures ciblées" visant notamment les navires de pêche et les importations britanniques, dans le cadre du désaccord persistant entre Paris et Londres sur l'octroi de licences de pêche dans les eaux britanniques.

Les autorités françaises, qui ont d'ores et déjà durci les contrôles dans la Manche, ont par ailleurs arraisonné et dérouté vers le port du Havre un chalutier pêchant sans autorisation dans les eaux françaises, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Interrogé au sujet du navire immobilisé au Havre - le Cornelis Gert Jan, spécialisé dans la pêche à la coquille Saint-Jacques - George Eustice a assuré qu'il disposait bien d'une autorisation lui permettant de pêcher dans les eaux françaises.

"Ils étaient sur une liste fournie initialement par la MMO (Marine Management Organisation, un organisme public britannique-NDLR) à l'Union européenne. L'Union européenne leur a par conséquent accordé une licence", a-t-il dit aux parlementaires.

"Nous voyons des articles selon lesquels pour une raison inconnue, ils auraient été ultérieurement retirés de cette liste. Tout ceci n'est pas clair pour le moment", a ajouté le ministre.

La France reproche depuis plusieurs mois au Royaume-Uni d'avoir délivré un nombre de licences jugé insuffisant aux pêcheurs français au vu de ses engagements pris à l'égard de l'Union européenne dans les accords encadrant le Brexit, ce que Londres conteste.

(Reportage Kylie MacLellan, version française Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault)