Téléchargez
notre application
Ouvrir

Merck dépasse les attentes grâce à son traitement contre le cancer

reuters.com  |   |  343  mots
Merck depasse les attentes grace a son traitement contre le cancer[reuters.com]
(Crédits : Brendan Mcdermid)

(Reuters) - Merck & Co a relevé jeudi son objectif de bénéfice annuel ajusté, alors que la forte demande pour son traitement phare contre le cancer, Keytruda, et une reprise des ventes de ses vaccins non-COVID-19 l'ont aidé à dépasser les attentes au troisième trimestre.

Le groupe pharmaceutique s'attend désormais à ce que son bénéfice ajusté pour l'ensemble de l'année se situe entre 5,65 et 5,70 dollars par action, contre 5,47 à 5,57 dollars précédemment.

Cette prévision ne comprend pas la contribution potentielle du molnupiravir, le traitement expérimental de Merck contre le COVID-19, qui selon les résultats provisoires d'un essai clinique réduit d'environ 50% la probabilité d'une hospitalisation ou d'un décès chez les patients présentant un risque élevé de développer la maladie.

A New York, l'action Merck gagnait 1% dans les transactions en avant-Bourse.

Les ventes de vaccins non liés au COVID-19 et de médicaments administrés par les médecins ont repris, les établissements médicaux s'adaptant à la crise sanitaire, a expliqué Merck.

La pandémie avait porté un coup dur aux ventes de ces produits, dont Merck tire deux tiers de son chiffre d'affaires, puisqu'ils doivent être administrés en personne, dans des cabinets médicaux.

Le bénéfice net au troisième trimestre ressort à 4,57 milliards de dollars (3,94 milliards d'euros), soit 1,81 dollar par action, contre 2,94 milliards de dollars (2,53 milliards d'euros) ou 1,16 dollar par action un an plus tôt.

Hors éléments exceptionnels, le bénéfice ressort à 1,75 dollar par action, ce qui est supérieur à l'estimation moyenne des analystes de 1,55 dollar, selon les données IBES de Refinitiv.

Les ventes de Gardasil, traitement préventif contre les cancers causés par le virus du papillome humain, ont augmenté de presque 68% pour atteindre 1,99 milliard de dollars (1,71 milliard d'euros) tandis que celles de Keytruda sont en hausse de 22% à 4,53 milliards de dollars (3,90 milliards d'euros).

Tous deux dépassent ainsi les attentes des analystes, selon le consensus de Refinitiv.

(Reportage Manas Mishra; version française Valentine Baldassari, édité par Blandine Hénault)