Téléchargez
notre application
Ouvrir

Coronavirus : L'Afrique du Sud se sent punie pour avoir découvert l'Omicron

reuters.com  |   |  315  mots
Coronavirus: l'afrique du sud se sent punie pour avoir decouvert l'omicron[reuters.com]
(Crédits : Sumaya Hisham)

JOHANNESBURG (Reuters) - L'Afrique du Sud a estimé samedi être punie pour sa capacité à détecter rapidement de nouveaux variants de coronavirus après la décision de plusieurs nations de suspendre leurs liaisons avec ce pays, ce qui menace le tourisme et d'autres pans de son économie.

Le pays, qui abrite certains des meilleurs épidémiologistes et scientifiques au monde, a été le premier à détecter le variant B1.1.529 du coronavirus SARS-CoV-2, désormais baptisé Omicron par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce variant a ensuite été retrouvé à Hong Kong, au Botswana, en Israël, en Belgique et dans d'autres territoires, conduisant plusieurs pays à refermer leurs frontières, en particulier aux voyageurs en provenance d'Afrique du Sud.

"Cette dernière décision d'interdiction de voyage revient à punir l'Afrique du Sud pour son séquençage génomique avancé et sa capacité à détecter de nouveaux variants plus rapidement", écrit dans un communiqué le ministère sud-africain des Relations internationales et de la Coopération.

"L'excellence scientifique doit être applaudie et non punie", ajoute-t-il.

Le ministère note par ailleurs une "différence frappante" de traitement à l'égard de l'Afrique du Sud et d'autres pays où la présence du variant a également été signalée.

"Notre inquiétude immédiate porte sur les dommages que ces restrictions causent aux familles, aux secteurs du voyage et du tourisme et aux entreprises", a déploré le ministre sud-africain des Affaires étrangères Naledi Pandor, cité dans le communiqué.

Le gouvernement sud-africain a pris contact avec les pays ayant imposé ces restrictions pour les persuader de faire machine arrière, ajoute le ministère.

L'OMS a mis vendredi en garde contre les mesures hâtives d'interdiction de voyage décrétées par certains pays, jugeant préférable une approche scientifique et fondée sur les risques.

(Reportage Promit Mukherjee; version française Claude Chendjou)