Téléchargez
notre application
Ouvrir

Antilles : Lecornu reproche aux syndicats la non-condamnation des violences

reuters.com  |   |  238  mots
Antilles: lecornu reproche aux syndicats la non-condamnation des violences[reuters.com]
(Crédits : Ricardo Arduengo)

PARIS (Reuters) - Le ministre français des Outre-Mer, Sébastien Lecornu, a reproché lundi aux représentants syndicaux qu'il a rencontrés en Guadeloupe leur refus de condamner clairement les récentes violences aux Antilles, notamment contre les forces de l'ordre, rappelant qu'une telle condamnation était un préalable au dialogue pour le gouvernement.

Sébastien Lecornu se trouve aux Antilles pour tenter d'apaiser les tensions en Guadeloupe et en Martinique, où la contestation contre l'obligation vaccinale pour les soignants s'est muée depuis deux semaines en conflit social marqué par de violences incidents.

En Guadeloupe, le ministre a rencontré des représentants syndicaux et devait ensuite discuter avec des élus locaux.

"Le ministre a réaffirmé comme préalable démocratique le fait qu'ils condamnent sans ambiguïté les violences commises ces derniers jours aux Antilles", rapportent ses services dans un communiqué. "Les représentants syndicaux (ont) refusé ce préalable pourtant évident et indispensable (...)."

"La condition du dialogue, c'est la condamnation des violences par l'ensemble des forces politiques et syndicales, et plus précisément de tentatives de meurtre sur les policiers et les gendarmes. Le ministre rappelle qu'aucune discussion ne peut aboutir si elle n'est pas posée sur des bases saines."

Selon le ministère, les représentants syndicaux se sont donc contentés de remettre à Sébastien Lecornu leurs revendications déjà connues.

(Rédigé par Bertrand Boucey, édité par Nicolas Delame)