Téléchargez
notre application
Ouvrir

Tennis/Peng Shuai : Le Global Times critique la WTA après la suspension de tournois

reuters.com  |   |  383  mots
Tennis/peng shuai: le global times critique la wta apres la suspension de tournois[reuters.com]
(Crédits : Susana Vera)

SHANGHAI (Reuters) - Le rédacteur en chef du journal chinois Global Times a accusé la Women's Tennis Association (WTA), l'association mondiale du tennis professionnel féminin, de "faire pression" sur la joueuse chinoise Peng Shuai pour qu'elle soutienne "l'attaque de l'Occident" après sa décision de suspendre ses tournois en Chine.

Connu pour ses messages virulents sur Twitter et pour ses liens avec le régime chinois, Hu Xijin s'est plusieurs fois exprimé publiquement sur l'affaire Peng Shuai après que la joueuse de tennis a publié début novembre sur les réseaux sociaux un message dans lequel elle accusait l'ancien vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli d'agression sexuelle.

La WTA, basée aux Etats-Unis, a annoncé mercredi sa décision de suspendre ses tournois en Chine en raison de son inquiétude pour la sécurité de Peng Shuai, ancienne numéro une mondiale en double.

Cette décision pourrait représenter pour l'association un manque à gagner estimé à plusieurs centaines de millions de dollars de droits télévisés et partenariats. Elle intervient alors que la capitale chinoise Pékin sera en février l'hôte des Jeux olympiques d'hiver.

"La WTA contraint Peng Shuai à soutenir l'attaque de l'Occident contre le système chinois. Ils privent Peng Shuai de sa liberté d'expression, en exigeant que sa description de sa situation actuelle réponde à leurs attentes", a écrit Hu Xijin sur son compte Twitter.

La WTA n'a pas réagi dans l'immédiat à une demande de commentaire à la suite du message du rédacteur en chef diffusé sur Twitter.

Le sort de Peng Shuai est devenu une affaire internationale depuis son message d'agression sexuelle publié sur les réseaux sociaux.

Réapparue en public le 21 novembre comme spectatrice d'un tournoi de tennis à Pékin, la joueuse a assuré être en sécurité et en bonne santé lorsqu'elle s'est alors entretenue par visioconférence avec le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach.

Mais le directeur général de la WTA, Steve Simon, a toutefois déclaré ne pas être convaincu que tout allait bien pour Peng Shuai.

VOIR AUSSI:

ANALYSE-Le cas Peng Shuai lève le voile sur les rouages du contrôle chinois

(Reportage Brenda Goh, version française Matthieu Protard, édité par Blandine Hénault)