Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les marchés risquent de forcer la main à la zone euro sur la dette, selon un responsable allemand

reuters.com  |   |  385  mots
Les marches risquent de forcer la main a la zone euro sur la dette, selon un responsable allemand[reuters.com]
(Crédits : Kai Pfaffenbach)

par Michael Nienaber

BERLIN (Reuters) - Les Etats de la zone euro vont devoir songer à limiter leur recours à l'emprunt et à renouer avec la discipline budgétaire plus rapidement que prévu s'ils veulent éviter que les marchés ne commencent à pénaliser les plus endettés d'entre eux, a déclaré un haut responsable du ministère allemand des Finances.

S'exprimant devant des homologues d'autres pays lors d'une réunion à huis-clos lundi, Florian Toncar a dit que l'Allemagne devrait faire en sorte que la zone euro renoue avec une attitude plus orthodoxe en matière de finances publiques.

"Je suis convaincu que, très bientôt peut-être, l'Europe ne se demandera pas quel montant de dettes autorisent les règles ni à quel point les règles peuvent être assouplies mais plutôt quel montant de dettes permettent les marchés", a-t-il expliqué selon un enregistrement vidéo que Reuters a pu consulter.

Les dirigeants de la zone euro se sont mis d'accord au début de la crise du coronavirus pour suspendre l'application des règles du Pacte de stabilité jusqu'en 2023 mais un débat est en cours sur les modifications à apporter au Pacte avant qu'il ne s'applique de nouveau.

La coalition gouvernementale allemande a pour l'instant laissé entendre qu'elle était disposée à réformer les règles budgétaires mais les propos de Florian Toncar, issu du Parti libéral-démocrate (FDP), généralement tenant de l'orthodoxie budgétaire, suggèrent un changement de ton.

"Je crois que le changement de paradigme va arriver plus vite que beaucoup ne le pensent", a-t-il dit, ajoutant que l'Allemagne devait réfléchir à l'amélioration de ses performances économiques plutôt qu'à l'assouplissement des règles encadrant les déficits et la dette.

Un porte-parole du ministère des Finances n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter ces informations et Toncar n'a pas pu être joint via le ministère.

Plusieurs pays de la zone euro, dont la France et l'Italie, ont déjà déclaré que si les règles sur les déficits et la dette restaient aussi strictes qu'avant la crise, l'Europe allait au devant d'une nouvelle période d'austérité alors qu'elle doit augmenter ses investissements.

(Reportage Michael Nienaber, version française Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)