Téléchargez
notre application
Ouvrir

Iran : Appels à une enquête de l'Onu sur les exécutions de 1988 et le rôle de Raïssi

reuters.com  |   |  319  mots
Iran: appels a une enquete de l'onu sur les executions de 1988 et le role de raissi[reuters.com]
(Crédits : Denis Balibouse)

par Stephanie Nebehay

GENÈVE (Reuters) - D'ex-juges et enquêteurs de l'Onu demandent jeudi dans une lettre ouverte à Michelle Bachelet, Haut-commissaire aux droits de l'homme, l'ouverture d'une enquête sur les exécutions présumées de milliers de prisonniers politiques en Iran en 1988 et sur le rôle joué alors par l'actuel président Ebrahim Raïssi.

Le document, consulté par Reuters, compte quelque 460 signataires, dont l'ancien président de la Cour pénale internationale (CPI) Sang-Hyun Song et l'ancien ambassadeur américain pour les crimes de guerre du président Barack Obama, Stephen Rapp.

Ebrahim Raïssi, qui a pris ses fonctions en août dernier, est sous le coup de sanctions américaines pour son implication présumée dans les exécutions de 1988. Membre à l'époque du système judiciaire islamique, il comptait au nombre des quatre juges qui ont supervisé l'élimination d'opposants. Il conteste les faits reprochés.

Ses services à Téhéran n'ont fait aucun commentaire jeudi.

L'Iran a toujours rejeté les accusations d'exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées d'opposants sous l'ayatollah Ruhollah Khomeini, mort en juin 1989.

Amnesty International, qui estime le nombre d'exécutions à quelque 5.000, a indiqué dans un rapport publié en 2018 que "le nombre réel pourrait être plus élevé".

"Les auteurs de ces exécutions continuent de bénéficier de l'impunité. Parmi eux figurent l'actuel président iranien Ebrahim Raïsi et le chef du pouvoir judiciaire Gholam-Hossein Mohseni Ejei", peut-on lire dans la lettre ouverte.

Ce dernier a succédé à Ebrahim Raïsi à la tête de l'appareil judiciaire de la République islamique.

La lettre, une initiative du groupe "Justice for Victims of the 1988 Massacre in Iran", basé en Grande-Bretagne, a également été envoyée au Conseil des droits de l'homme des Nations unies.

(Reportage Stephanie Nebehay, avec la contribution de Parisa Hafezi à Dubaï; version française Diana Mandiá, édité par Sophie Louet)

2 mn