Téléchargez
notre application
Ouvrir

Ukraine : La Douma demande à Poutine de reconnaître des régions séparatistes du Donbass

reuters.com  |   |  297  mots
Ukraine: la douma demande a poutine de reconnaitre des regions separatistes du donbass[reuters.com]
(Crédits : Russian State Duma)

MOSCOU (Reuters) - La Douma a voté mardi une proposition de loi demandant au président russe Vladimir Poutine de reconnaître officiellement deux zones sécessionnistes de l'est de l'Ukraine, dans la région du Donbass, a annoncé le président de la chambre basse du Parlement russe.

Cette proposition de loi, aux allures de nouvel outil de pression et de négociation, demande à Vladimir Poutine de reconnaître l'indépendance des "républiques populaires" de Donetsk et Louhansk, proclamées en 2014 par les séparatistes russophones du Donbass, quelques mois après l'annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Le président russe n'a pas dit s'il le ferait à l'issue d'un entretien avec le chancelier allemand Olaf Scholz mardi à Moscou, mais il a dénoncé l'existence d'un "génocide" de la minorité russophone dans l'est de l'Ukraine et affirmé qu'une "majorité de la population russe" soutenait les républiques autoproclamées.

La reconnaissance formelle de ces deux zones sécessionnistes de l'est de l'Ukraine accentuerait encore les tensions déjà vives dans la région, où Moscou a massé des troupes depuis plusieurs mois, et violerait les accords de Minsk signés en 2014 et 2015 dans la capitale biélorusse pour tenter de résoudre le conflit dans le Donbass.

"Cette reconnaissance constituerait une violation flagrante des accords de Minsk", a souligné le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell.

"Le soutien et l'engagement de l'UE en faveur de l'indépendance, de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine à l'intérieur de ses frontières internationalement reconnues restent inébranlables", a-t-il ajouté.

(Reportage Anastasia Teterevleva et Anton Zverev, rédigé par Tom Balmforth ; version française Myriam Rivet et Tangi Salaün, édité par Sophie Louet)