Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les navires de guerre chinois et taïwanais s'observent à l'approche de la fin des exercices

reuters.com  |   |  376  mots
Les navires de guerre chinois et taiwanais s'observent a l'approche de la fin des exercices[reuters.com]
(Crédits : Jameson Wu)

TAIPEI (Reuters) - Les navires de guerre chinois et taïwanais se livraient dimanche au jeu du "chat et de la souris" alors que doivent prendre fin les exercices militaires sans précédent lancés par la Chine en réaction à la visite à Taïwan de la présidente de la Chambre américaine des représentants.

La visite de Nancy Pelosi à Taïwan, que la Chine considère comme partie intégrante de son territoire, a provoqué la colère de Pékin qui, en représailles, a procédé à des tirs d'essai de missiles balistiques au-dessus de la capitale de Taïwan, Taipei.

La Chine a également décidé de suspendre ses contacts avec les Etats-Unis dans plusieurs domaines, notamment le changement climatique.

Une dizaine de navires de guerre chinois et taïwanais ont navigué de façon rapprochée dans le détroit de Taïwan et certains navires chinois ont franchi la ligne médiane du détroit, a indiqué à Reuters une source.

Le ministère taïwanais de la Défense a déclaré dans un communiqué que de nombreux navires, avions et drones militaires chinois s'étaient livrés à des simulations d'attaque contre l'île et sa marine.

Le ministère a dit avoir envoyé des avions et des navires pour réagir de manière "appropriée".

"Les deux parties font preuve de retenue", a fait savoir la source, décrivant les manœuvres comme relevant du jeu du "chat et de la souris" en haute mer.

Les exercices militaires chinois, centrés sur six sites autour de Taïwan, ont commencé jeudi et devraient durer jusqu'à dimanche midi, selon l'agence Xinhua.

L'armée chinoise a de son côté indiqué que ses exercices maritimes et aériens autour de Taïwan avaient pour objectif de tester ses capacités de frappe terrestre et d'assaut maritime.

Washington a qualifié ces exercices d'escalade.

En déplacement aux Philippines, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a déclaré samedi que l'arrêt des discussions était "irresponsable" et que les contacts entre les deux pays en matière de sécurité étaient essentiels pour apaiser les tensions.

(Reportage Yimou Lee et David Brunnstrom, version française Matthieu Protard)