Téléchargez
notre application
Ouvrir

Explosions sur une base russe en Crimée, un mort selon l'autorité locale

reuters.com  |   |  438  mots
De fortes explosions entendues en crimee pres d'une base militaire russe[reuters.com]
(Crédits : Obtained By Reuters)

par Kevin Liffey

LONDRES (Reuters) - Une personne a été tuée mardi dans des explosions ayant secoué une base aérienne russe située à proximité de complexes balnéaires de la péninsule de Crimée, annexée par la Russie, laquelle a imputé l'incident à des munitions entreposées sur les lieux et non à une attaque.

Des témoins ont indiqué avoir entendu, aux alentours de 15h20 (12h20 GMT), au moins une douzaine d'explosions en provenance de la base de Saki, près de Novofedorivka, sur la côte ouest de La Crimée.

Utilisée par Moscou comme l'une de ses bases arrières pour l'offensive en Ukraine, la péninsule est une destination touristique prisée par les Russes; elle a jusqu'à présent été épargnée par les bombardements et tirs d'artillerie menés dans d'autres régions de l'est et du sud de l'Ukraine.

Le ministère russe de la Défense a déclaré qu'une explosion avait été provoquée par la "détonation de plusieurs dépôts de munitions pour l'aviation", indiquant dans un premier temps ne pas déplorer de mort ou blessé. Il a ajouté qu'il n'y avait eu aucune attaque et qu'aucun équipement n'avait été endommagé.

Citant une source ministérielle, les agences de presse officielles russes ont rapporté que l'incident était la cause d'une "violation des normes de sécurité incendie".

Le département de la Santé de la péninsule de Crimée a fait savoir qu'un civil avait été tué et huit autres blessés.

Dans une allocution vidéo quotidienne, le président ukrainien Volodimir Zelensky n'a pas mentionné explicitement les explosions, mais a déclaré qu'il était juste que l'attention se porte sur la Crimée.

"Nous n'abandonnerons jamais (...) La région de la mer Noire ne peut pas être sûre tant que la Crimée sera occupée", a-t-il dit, réitérant la position de Kyiv selon laquelle la péninsule, annexée par la Russie en 2014, doit être rendue à l'Ukraine.

Le conseiller à la présidence Mykhaïlo Podolyak a indiqué à la chaîne de télévision en ligne Dojd que Kyiv n'était aucunement responsable des explosions.

"Bien sûr que non. Qu'avons-nous à voir avec tout cela", a-t-il déclaré. Il a suggéré que ces explosions pourraient être due à l'incompétence de la Russie ou à une attaque de militants.

"Les gens qui vivent sous l'occupation comprennent qu'elle touche à sa fin", a-t-il dit.

(Reportage Kevin Liffey, avec David Ljunggren; version française Elitsa Gadeva et Dina Kartit, édité par Jean-Stéphane Brosse, Jean Terzian et Camille Raynaud)