Téléchargez
notre application
Ouvrir

Japon : Remaniement face à la controverse liée à la secte Moon

reuters.com  |   |  331  mots
Japon: remaniement prevu mercredi face a la controverse liee a la secte moon[reuters.com]
(Crédits : Pool)

TOKYO (Reuters) - Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a remanié son gouvernement mercredi, alors que des liens controversés entre l'Eglise de l'unification, ou secte Moon, et certains de ses ministres ont émergé depuis l'assassinat de Shinzo Abe, provoquant l'indignation de la population.

Certains membres clés du cabinet, tels que les ministres des Affaires étrangères et celui des Finances, ont conservé leur poste. Mais d'autres ministres importants ont été écartés, notamment le frère cadet de Shinzo Abe, Nobuo Kishi, qui a été remplacé par Yasukazu Hamada au poste de ministre de la Défense.

Shinzo Abe a été abattu le 8 juillet dernier par un homme dont la mère est membre de la secte Moon, organisation religieuse connue pour ses mariages de masse et la dévotion de ses adeptes.

Selon les médias, le meurtrier a dit aux enquêteurs qu'il était convaincu que Shinzo Abe avait fait la promotion de cette Eglise à laquelle sa mère avait versé de ruineuses donations.

Ces déclarations ont mis en lumière les liens entre certains membres du Parti libéral démocrate (PLD), au pouvoir au Japon, et l'Eglise de l'unification.

Celle-ci a tenu mercredi une conférence de presse avec les médias étrangers au cours de laquelle son responsable local, Tomihiro Tanaka, a déclaré que le groupe ne sollicitait pas de dons que ses membres ne pouvaient pas se permettre d'honorer.

Fumio Kishida, qui a déclaré qu'il n'avait lui-même aucun lien avec l'Église de l'Unification, a déclaré mardi que les nouveaux membres du cabinet et les responsables du PLD devraient "examiner minutieusement" leurs liens avec le groupe.

Le remaniement, initialement prévu au mois de septembre, intervient alors que le soutien en faveur du gouvernement Kishida est tombé à son plus bas niveau depuis sa prise de fonctions en octobre dernier.

(Reportage Elaine Lies et Yoshifumi Takemoto; version française Camille Raynaud et Valentine Baldassari, édité par Jean-Stéphane Brosse)