Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'incendie fait rage en Gironde, 10.000 personnes évacuées

reuters.com  |   |  689  mots
Reprise de feu en gironde, darmanin attendu dans l'aveyron[reuters.com]
(Crédits : Sdis33 Via Facebook)

par Stéphane Mahé et Layli Foroudi

HOSTENS, Gironde (Reuters) - Les feux de forêt ont brûlé plus de 6.000 hectares en Gironde, détruisant des habitations et obligeant plus de 10.000 personnes à être évacuées, a annoncé mercredi le préfet délégué pour la défense et la sécurité en Gironde, Martin Guespereau, lors d'une conférence de presse.

L'incendie, qui a repris mardi à la mi-journée et est sorti de la zone dans laquelle il avait été fixé, s'est étendu au département des Landes malgré la mobilisation des sapeurs-pompiers mardi, a expliqué la préfecture de la Gironde dans un communiqué de presse.

D'après le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, plus 1.000 sapeurs-pompiers sont mobilisés pour combattre l'incendie, ainsi que 9 avions et deux hélicoptères bombardiers d'eau.

"Préparez vos papiers, vos animaux transportables, quelques affaires et ATTENDEZ L'INVITATION À PARTIR qui vous sera notifiée par le porte-parole de la gendarmerie et des élus et bénévoles", a écrit la municipalité de Bélin-Béliet sur sa page Facebook après que les autorités ont décidé d'évacuer une partie de la ville.

Dans la commune voisine d'Hostens, la police est allée au domicile de chaque habitant pour demander d'évacuer.

Camille Delay a dû quitter sa maison et sa boutique à la hâte avec son compagnon, son fils et leurs deux chats.

"Dans l'après-midi, ça a commencé à tourner au vinaigre. Tout le monde dans le village est monté sur les toits pour voir ce qu'il se passait. En dix minutes, un petit nuage de fumée est devenu énorme", a dit à Reuters la jeune femme de 30 ans.

Les sapeurs-pompiers ont déclaré que de nouvelles évacuations étaient à prévoir, mais certains habitants étaient réticents à quitter leurs maisons.

"C'est compliqué, nous avons des chiens et nous ne pouvons pas les laisser ici", a déclaré Allisson Horan, qui est âgée de 18 ans et a préféré rester sur place avec son père.

"Je m'inquiète car le feu se trouve sur une parcelle proche de la notre et le vent commence à tourner."

De nombreuses routes et certaines portions d'autoroutes ont été fermées à la circulation.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a indiqué lors d'un déplacement dans l'Aveyron que les autorités suspectaient que la reprise du feu soit le fait d'incendiaires.

Il a auparavant annoncé un renforcement des moyens mobilisés.

"Nous avons fait un appel depuis 48 heures à nos amis européens. Les Suédois nous prêtent à partir de demain des avions. Les Italiens sans doute dans les prochains jours", a déclaré le ministre.

Ce mécanisme européen nous permet, en tout cas dans les prochaines heures, de pouvoir concentrer d'autres moyens aériens", a ajouté le ministre.

APPEL À LIBÉRER LES POMPIERS VOLONTAIRES

Gérald Darmanin, qui doit se rendre jeudi en Gironde avec la Première ministre Elisabeth Borne, a aussi demandé aux entreprises et employeurs publics de permettre à leurs salariés qui sont également sapeurs-pompiers volontaires de participer à la lutte contre les feux de forêt.

Le ministre s'est exprimé depuis le village aveyronnais de Mostuéjouls, évacué dans la nuit de mardi à mercredi en raison de la progression de l'incendie qui s'est déclenché lundi entre la Lozère et l'Aveyron.

Selon la préfecture, ce feu de forêt n'est toujours pas maîtrisé et continue de présenter un risque important pour la sécurité des personnes, des biens et de l'environnement.

Le ministre a indiqué que huit grands feux faisaient rage en même temps sur le territoire français, expliquant que neuf feux sur dix étaient d'origine criminelle ou involontaire.

"Nous avons 200 départs de feux par jour en France aujourd'hui. Nous en éteignons 98% mais malheureusement il y a en a quelques-uns qui nous échappent et qui deviennent de grands feux tels que nous les connaissons", a-t-il déclaré.

(Reportage Stéphane Mahé à Hostens, Layli Foroudi à Paris, rédigé par Myriam Rivet et Camille Raynaud, édité par Kate Entringer, Jean-Stéphane Brosse et Matthieu Protard)