Téléchargez
notre application
Ouvrir

Etats-Unis : Un ex-policier pourrait être condamné à huit ans de prison pour l'assaut du Capitole

reuters.com  |   |  380  mots
Etats-unis: un ex-policier pourrait etre condamne a huit ans de prison pour l'assaut du capitole[reuters.com]
(Crédits : Stephanie Keith)

par Sarah N. Lynch

WASHINGTON (Reuters) - Un ancien sergent de police de Virginie qui s'est joint aux partisans de Donald Trump pour prendre d'assaut le Capitole le 6 janvier 2021 pourrait être condamné jeudi à une peine allant jusqu'à huit ans de prison.

En avril, un jury a reconnu Thomas Robertson, un ancien sergent de police de la ville de Rocky Mount, en Virginie, coupable de six chefs d'accusation, notamment d'obstruction à une procédure officielle et d'obstruction à la justice.

Huit ans de prison serait la plus longue peine prononcée à ce jour dans une affaire liée à la prise d'assaut du Capitole, si le juge fédéral Christopher Cooper donne raison aux procureurs, qui affirment que Thomas Robertson a abusé de sa position en tant qu'agent des forces de l'ordre.

Au début du mois, un juge fédéral a condamné Guy Reffitt, un associé du groupe d'extrême-droite Three Percenters, à sept ans et trois mois de prison.

Plusieurs milliers de partisans de l'ancien président Donald Trump, qui était à l'époque toujours le locataire de la Maison blanche, ont mené un assaut contre le Capitole dans l'objectif d'empêcher le Congrès de certifier la victoire de Joe Biden lors de l'élection présidentielle de novembre 2020.

L'avocat de Thomas Robertson demande une peine ne dépassant pas 15 mois.

Thomas Robertson est en détention depuis l'année dernière, après que le juge a estimé qu'il avait violé des ordonnances du tribunal et continué à acheter ce que les procureurs ont décrit comme un "arsenal" d'armes à feu en ligne. Les agents du FBI ont également trouvé un fusil M4 chargé et une bombe artisanale partiellement assemblée à son domicile lors d'une perquisition.

Il "a utilisé sa formation en matière de maintien de l'ordre pour bloquer les agents de la police métropolitaine qui tentaient de retenir la foule", a écrit la procureure fédérale Elizabeth Aloi.

Dans une lettre adressée au juge, Thomas Robertson a déclaré qu'il assumait "l'entière responsabilité" de ses actes du 6 janvier et qu'il avait été "exposé à de nombreux médias pro-Trump et anti-Biden" alors qu'il passait du temps en 2020 avec un ami atteint d'un cancer.

(Reportage Sarah N. Lynch; version française Elena Vardon, édité par Kate Entringer)