Téléchargez
notre application
Ouvrir

Allemagne : Le faible niveau des eaux du Rhin continue de perturber le transport fluvial

reuters.com  |   |  307  mots
Allemagne: le faible niveau des eaux du rhin continue de perturber le transport fluvial[reuters.com]
(Crédits : Wolfgang Rattay)

HAMBOURG (Reuters) - Le niveau des eaux du Rhin, en Allemagne, a de nouveau baissé vendredi et continue de perturber le transport fluvial, ont indiqué des transporteurs et des courtiers.

Le transport de marchandises sur ce fleuve se poursuit, mais les navires sont parfois contraints de circuler aux trois quarts vides. Les propriétaires de cargaisons doivent régulièrement payer pour que quatre navires transportent leurs chargements au lieu d'un seul.

Les économistes estiment que les perturbations sur le Rhin pourraient réduire d'un demi-point de pourcentage la croissance économique de l'Allemagne cette année.

Le niveau de référence de la ligne de flottaison au point de Kaub, près de Coblence, était à 42 centimètres vendredi, en baisse d'environ 5 centimètres sur la journée et de 51 centimètres par rapport à lundi. Ce niveau doit être à environ 1,5 mètre pour que les navires naviguent à pleine charge.

Il n'y a pas de niveau spécifique auquel la navigation s'arrête, a déclaré Roberto Spranzi, directeur de DTG, une coopérative avec une flotte d'une centaine de navires sur le Rhin.

Certains grands navires et barges ne peuvent plus passer à Kaub, a-t-il ajouté, précisant en outre qu'à Duisbourg, les grandes unités pousseur-remorqueur/barge qui, en temps normal, transportent 3.000 tonnes par barge ne peuvent plus fonctionner, a-t-il précisé.

Les charges sont transférées vers un plus grand nombre de petites barges capables de fonctionner dans les eaux peu profondes, ce qui est plus cher pour les propriétaires de cargaisons.

Les eaux basses du Rhin vont affecter la production de deux centrales électriques allemandes alimentées au charbon et le groupe chimique BASF a déclaré qu'il ne pouvait exclure des réductions de production si elles perturbaient la logistique.

(Reportage Michael Hogan ; version française Valentine Baldassari, édité par Kate Entringer)