Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les agences onusiennes confrontées à un déficit de financement record

reuters.com  |   |  318  mots
Les agences onusiennes confrontees a un deficit de financement record[reuters.com]
(Crédits : World Food Programme)

GENÈVE (Reuters) - Les projets humanitaires de l'Onu sont confrontés à un déficit de financement record cette année, les besoins mondiaux dépassant largement les promesses de dons, a déclaré vendredi le porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), Jens Laerke.

Selon l'OCHA, un tiers seulement des 48,7 milliards de dollars (47,3 milliards d'euros) nécessaires a été garanti jusqu'à présent.

Les fonds sont indispensables pour aider environ 204 millions de personnes dans le monde affectées par les conflits armés et le changement climatique, de la guerre en Ukraine à la sécheresse dans la Corne de l'Afrique, facteur de "méga-crises" qui mettent en péril les moyens de subsistance de communautés entières.

"À plus de la moitié de l'année, le déficit financier s'élève à 33,6 milliards de dollars, soit le plus grand déficit jamais enregistré ", a déclaré Jens Laerke lors d'un point de presse.

"Les besoins dans le monde augmentent beaucoup plus vite que les financements des donateurs", a-t-il ajouté.

Au cours des six premiers mois de l'année, 15,2 milliards de dollars ont été levés, ce qui, selon Laerke, représente également un record, dans un contexte de besoins humanitaires croissants.

Les États-Unis ont été le principal pays donateur, avec une contribution d'un peu plus de 8 milliards de dollars, et le Programme alimentaire mondial a été le principal bénéficiaire, selon les données publiées sur le site web de l'OCHA.

Les quelque 50 milliards de dollars nécessaires représentent tous les appels de fonds de l'Onu dans le monde, comme les plans annuels d'intervention humanitaire en République démocratique du Congo et en Syrie, ainsi que les appels ciblés pour l'Ukraine et les appels régionaux pour les réfugiés en Afghanistan.

(Reportage Wendell Roelf ; version française Dagmarah Mackos, édité par Jean-Stéphane Brosse)