Téléchargez
notre application
Ouvrir

Syrie : Les opposants à Assad dénoncent un appel turc à la "réconciliation"

reuters.com  |   |  347  mots
Syrie: les opposants a assad denoncent un appel turc a la reconciliation[reuters.com]
(Crédits : Mahmoud Hassano)

BEYROUTH (Reuters) - Des milliers de personnes ont manifesté vendredi dans des régions du nord-ouest de la Syrie tenues par la rébellion pour protester contre un appel de la Turquie à la réconciliation entre les groupes d'opposition syriens soutenus par Ankara et le gouvernement du président Bachar al Assad.

Plus de onze ans après le début de la guerre civile en Syrie, la région du Nord-Ouest proche de la frontière turque est la dernière encore aux mains des combattants qui cherchent à renverser Assad. La zone est contrôlée par des factions djihadistes et d'autres rebelles soutenus par la Turquie.

Le gouvernement turc maintient des milliers de soldats dans la région et soutient une coalition de groupes armés opposés à Assad sous la bannière de l'Armée syrienne libre (ASL).

"Nous devons réunir l'opposition et le régime pour une réconciliation d'une manière ou d'une autre, il n'y aura pas de paix permanente autrement", a cependant déclaré jeudi le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, aux journalistes à Ankara.

Après son discours, des manifestants ont commencé à descendre dans la rue jeudi soir dans certaines parties de la Syrie sous contrôle des insurgés, certains brandissant des drapeaux de l'opposition et arrachant des drapeaux turcs de bâtiments tels que des commissariats de police et des bureaux de l'administration locale.

"Nous avons souffert de ce criminel pendant 11 ans et nous allons poursuivre notre révolution", a déclaré à Reuters Mahmoud Salo, un enseignant de 45 ans, lors d'une manifestation vendredi à Azaz, dans la province d'Idlib.

Environ 3.000 personnes se sont rassemblées vendredi à Azaz, tandis que des manifestations ont également eu lieu dans d'autres parties de cette province et dans le nord de la province voisine d'Alep.

De nombreux conseillers turcs employés dans des institutions locales ne se sont pas présentés au travail vendredi, a déclaré un correspondant de Reuters dans la région.

(Reporting by Timour Azhari ; version française Dagmarah Mackos, édité par Jean-Stéphane Brosse)