Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les derniers soldats français de Barkhane quittent le Mali

reuters.com  |   |  407  mots
Les derniers soldats francais de barkhane presents au mali ont quitte le pays, annonce l'elysee[reuters.com]
(Crédits : Paul Lorgerie)

PARIS (Reuters) - La France a annoncé avoir achevé lundi le retrait de ses troupes du Mali avec le départ du pays des derniers soldats français de Barkhane, une opération militaire visant à lutter dans le Sahel contre les mouvements islamistes.

"Ce jour, à 13h00 (heure de Paris), le dernier détachement de la force Barkhane présent sur le sol malien a franchi la frontière entre le Mali et le Niger", a annoncé dans un communiqué l'Etat-major français des Armées, précisant que la dernière base française située à Gao avait été transférée aux forces maliennes.

Après neuf ans de présence, La France et ses partenaires impliqués dans la lutte contre les groupes djihadistes au Sahel avaient décidé le 17 février dernier de retirer leurs forces du Mali, jugeant désormais impossible de coopérer avec la junte malienne au pouvoir.

Les coups d'Etat de ces derniers mois au Mali, au Tchad et au Burkina Faso ont fragilisé les alliances de la France avec ses anciennes colonies, renforcé l'emprise des milices djihadistes dans la région et ouvert la voie à une influence accrue de la Russie.

"La France reste engagée au Sahel, dans le Golfe de Guinée et la région du lac Tchad avec tous les partenaires attachés à la stabilité et à la lutte contre le terrorisme", a précisé l'Elysée dans un communiqué.

Le Niger a vocation à devenir la principale base des troupes françaises dans la région, avec quelque 1.000 soldats basés dans la capitale Niamey, ainsi que des avions de chasse, des drones et des hélicoptères, ont déclaré des responsables français à la presse le mois dernier.

Quelque 300 à 400 militaires doivent être déployés pour des opérations spéciales avec l'armée nigérienne dans les régions frontalières avec le Burkina Faso et le Mali.

Un contingent de 700 à 1.000 hommes doit être parallèlement basé au Tchad, des membres des forces spéciales françaises devant pour leur part continuer à opérer dans la région.

En revanche, les forces françaises ne mèneront plus de missions - et ne pourchasseront plus d'activistes armés - en territoire malien une fois le retrait achevé, avaient précisé ces responsables français.

(Reportage Jean-Michel Bélot et Michel Rose, avec la contribution d'Ingrid Melander, édité par Kate Entringer et Camille Raynaud)