Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le Parlement européen coopère dans l'enquête sur l'espionnage d'un député grec

reuters.com  |   |  272  mots
Le parlement europeen coopere dans l'enquete sur l'espionnage d'un depute grec[reuters.com]
(Crédits : Pool)

BRUXELLES (Reuters) - Le Parlement européen a annoncé mercredi son intention de coopérer avec les autorités grecques dans le cadre d'une enquête sur l'espionnage qualifié d'"intolérable et inexcusable" dont a fait l'objet un député grec de l'UE.

Le président grec a demandé l'ouverture d'une enquête sur l'écoute par les services de renseignement de l'État de Nikos Androulakis, chef du parti socialiste grec Pasok et membre du Parlement européen.

"La surveillance illégale des communications des députés est intolérable et inexcusable", a déclaré Juri Laas, porte-parole de la présidente du Parlement européen Roberta Metsola.

"Ces atteintes aux principes et aux valeurs qui constituent la base de notre système démocratique ne peuvent être tolérées, quel que soit l'État membre où elles se produisent."

Le Parlement européen, qui compte 705 membres et détermine les politiques de l'UE, a déjà mis en place une commission chargée d'enquêter sur l'utilisation du logiciel espion Pegasus dans les 27 États membres. L'année dernière, des scandales liés à Pegasus ont ébranlé d'autres pays de l'UE, dont la France et la Pologne.

Selon son porte-parole, Roberta Metsola souhaite que la commission examine également le cas de la Grèce, en vue d'interdire ces pratiques illégales dans l'UE.

Le Parlement européen a déjà reçu une première demande d'information de la part des autorités grecques et fera part de ses conclusions "dans les prochains jours", a-t-il ajouté.

(Reportage Gabriela Baczynska; version française Elitsa Gadeva, édité par Kate Entringer)