Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Otan prêt à renforcer sa présence au Kosovo en cas d'escalade des tensions avec la Serbie

reuters.com  |   |  423  mots
L'otan pret a renforcer sa presence au kosovo en cas d'escalade des tensions avec la serbie[reuters.com]
(Crédits : Johanna Geron)

BRUXELLES (Reuters) - L'Otan renforcera sa mission de maintien de la paix au Kosovo en cas d'escalade des tensions avec la Serbie, a déclaré mercredi le Secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, alors que des discussions doivent se tenir jeudi entre ces deux pays des Balkans.

"Une mission d'envergure est en cours, et près de 4.000 de nos soldats sont déployés au Kosovo", a dit Jens Stoltenberg lors d'une conférence de presse commune avec le président serbe, Aleksandar Vucic, à Bruxelles.

"Nous déploierons nos forces où il le faudra et renforcerons notre présence si cela est nécessaire. Nous avons déjà étendu nos opérations dans le nord, et nous sommes prêts à en faire plus", a ajouté le Secrétaire général de l'Otan.

Le président serbe a de son côté déclaré vouloir éviter toute forme d'escalade dans le regain de tensions entre Belgrade et Pristina.

Il a toutefois dit s'attendre à des discussions difficiles avec le Kosovo, expliquant que les deux parties étaient en désaccord sur la plupart des questions.

Aleksandar Vucic doit rencontrer jeudi le Premier ministre kosovar, Albin Kurti, afin de mener des discussions sous l'égide de l'Union européenne.

Le Premier ministre kosovar, qui s'est également entretenu avec Jens Stoltenberg, a souligné la volonté du Kosovo de rejoindre l'Otan.

"Les menaces, les risques, les défis auxquels est confronté l'Otan dans l'environnement sécuritaire actuel, notre pays les ressent aussi", a déclaré Albin Kurti à des journalistes, estimant que les problèmes étaient liés à l'influence de la Russie.

Les tensions entre la Serbie et le Kosovo se sont exacerbées ce mois-ci, après que Pristina a annoncé que les Serbes résidant dans le nord du pays devraient déposer une demande de plaque d'immatriculations auprès des autorités kosovares.

La situation s'est cependant apaisée lorsque Albin Kurti, après consultations avec des responsables européens et américains, a annoncé que les Serbes auraient jusqu'au 1er septembre pour se doter de ces nouvelles plaques d'immatriculations.

Les quelques 50.000 Serbes vivant dans le nord du Kosovo utilisent des plaques d'immatriculations et des documents officiels délivrés par les autorités de Belgrade et refusent de reconnaître les institutions de Pristina.

Le Kosovo a déclaré son indépendance en 2008, statut contesté par la Serbie.

(Reportage Benoît Van Overstraeten et John Chalmers, version française Matthieu Protard et Camille Raynaud, édité par Jean-Michel Bélot et Matthieu Protard)