Eni en pourparlers pour racheter Neptune Energy, selon une source

reuters.com  |   |  277  mots
Le logo d'eni devant le siege social du groupe a milan[reuters.com]
(Crédits : Stefano Rellandini)

par Shadia Nasralla et Ron Bousso

LONDRES (Reuters) - Le groupe énergétique Eni est engagé dans des négociations préliminaires en vue de racheter le producteur de gaz et de pétrole Neptune Energy pour un montant compris entre 5 et 6 milliards de dollars (4,82-5,78 milliards d'euros), selon une source au fait du dossier.

Aucune offre officielle n'a été soumise, a précisé cette source.

Neptune produit environ 130.000 barils équivalent pétrole par jour (bep/j), dont trois-quarts de gaz. La société est notamment présente en Norvège - où se trouve la filiale d'Eni Var Energi -, en Grande-Bretagne, en Indonésie - où les deux sociétés partagent des licences, - en Algérie ou encore aux Pays-Bas.

Le groupe est détenu par China Investment Corporation (CIC), le Carlyle Group et CVC Capital Partners.

Neptune prévoit un flux de trésorerie d'exploitation après impôts de 2,5 à 3 milliards de dollars en 2022 et s'attend à ce que la production atteigne 165.000 bep/j l'an prochain.

Une source bancaire a confirmé que des pourparlers avaient eu lieu ces dernières semaines, mais que le résultat était "loin d'être garanti", vu les différences de valorisation.

Eni et Neptune n'ont pas souhaité faire de commentaires.

Fondée par Sam Laidlaw, l'ancien dirigeant de la société britannique Centrica, Neptune se préparait à entrer en bourse mais les conditions sur les marchés financiers rendaient difficile le lancement d'une telle opération pour le moment, a déclaré en août son directeur général Pete Jones.

(avec la contribution de Francesca Landini; version française Dagmarah Mackos, édité par Kate Entringer)

tag.dispatch();