Les Vingt-Sept vont étudier un prix plafonné du gaz plus bas - document

reuters.com  |   |  379  mots
Des drapeaux de l'union europeenne devant le siege de la commission europeenne a bruxelles, belgique[reuters.com]
(Crédits : Yves Herman)

par Kate Abnett

BRUXELLES (Reuters) - Les Vingt-Sept vont étudier vendredi la possibilité de plafonner le prix du gaz à un niveau un peu moins élevé que la proposition formulée par Bruxelles, que certains pays de l'Union européenne jugent trop élevée, montre un document consulté par Reuters.

Les pays membres vont entamer vendredi les négociations sur la base de la proposition de la Commission européenne d'un prix du contrat TTF (Title Transfer Facility) à un mois, l'indice néerlandais de référence du marché du gaz dans l'ensemble de l'UE, n'excédant pas 275 euros par mégawattheure (MWh).

Les Vingt-Sept espèrent parvenir à un accord d'ici au 13 décembre mais vont devoir pour cela surmonter d'importantes divergences.

La République tchèque, qui assure la présidence tournante de l'UE, a proposé d'abaisser le plafond à 264 euros/MWh. Elle a aussi suggéré que ce plafond s'applique si le prix du marché dépasse ce seuil pendant cinq jours ouvrables, et non au bout de deux semaines comme l'a proposé la Commission.

Cette contre-proposition, dont Reuters a pris connaissance, ne fait pas non plus l'unanimité, au moins cinq pays réclamant un plafond beaucoup plus bas.

Dans un document partagé avec les autres Etats membres cette semaine, l'Italie, la Pologne, la Grèce, la Belgique et la Slovénie font deux propositions: soit un plafond fixe de 160 euros/MWh, soit un "plafond dynamique" qui pourrait varier en fonction des prix de référence du GNL.

Mais d'autres pays, Allemagne et Pays-Bas en tête, sont au contraire réticents à toute forme de plafonnement, craignant que cela ne rendre l'UE moins attractive auprès des fournisseurs de gaz sur les marchés mondiaux.

Les prix du gaz ont flambé depuis que la Russie a presque totalement fermé le robinet vers l'Europe après avoir envahi l'Ukraine, ce qui a contraint les Vingt-Sept à multiplier les mesures de soutien à leur économie.

Malgré cette situation délicate, les diplomates s'attendent à de difficiles négociations sur la question du plafonnement du prix du gaz et doutent qu'un accord puisse être conclu d'ici à la prochaine réunion des ministres de l'Energie de l'UE le 13 décembre.

(Reportage de Kate Abnett, version française Tangi Salaün, édité par Blandine Hénault)

tag.dispatch();