Trois morts à Kherson, les combats font rage dans l'Est

reuters.com  |   |  411  mots
Un immeuble endommage par une frappe militaire russe a kherson, en ukraine[reuters.com]
(Crédits : Anna Voitenko)

par Anthony Deutsch

KHERSON, Ukraine (Reuters) - Les combats continuent de faire rage dans l'est de l'Ukraine, la ville de Bakhmout restant la principale cible de l'artillerie russe, tandis que les forces de Moscou restent sur la défensive dans les régions de Kherson et Zaporijjia (sud), a déclaré l'état-major de l'armée ukrainienne vendredi.

Sur le terrain diplomatique, le Kremlin a affirmé que Vladimir Poutine était ouvert à des pourparlers sur la guerre en Ukraine mais que le refus des Etats-Unis de reconnaître les régions annexées par la Russie entravait la recherche de tout compromis.

Moscou a ainsi répondu à des propos de Joe Biden la veille, qui s'est dit prêt à parler à son homologue russe si le chef du Kremlin décidait de chercher une voie de sortie du conflit, tout en constatant que "ce n'[étai]t pas le cas" actuellement.

Le président russe a défendu les frappes de missiles russes sur l'Ukraine et estimé que la ligne adoptée sur l'Ukraine par l'Allemagne et les Occidentaux était "destructrice", vendredi lors d'un entretien téléphonique avec le chancelier Olaf Scholz rapporté par le Kremlin.

Trois personnes ont été tuées et sept autres blessées dans des bombardements russes sur la région de Kherson au cours des dernières 24 heures, a déclaré le gouverneur de la province, Iaroslav Ianouchevitch, sur la messagerie Telegram.

La capitale régionale, libérée de l'occupation russe par les forces ukrainiennes à la mi-novembre, et d'autres parties de l'oblast de Kherson ont été pilonnées à 42 reprises, a-t-il dit.

Dans son dernier point sur les opérations militaires, l'état-major ukrainien écrit que les forces russes cherchent à établir des positions défensives à l'est de la ville de Kherson et bombardent plusieurs villes au nord de l'agglomération.

Un bâtiment bombardé a pris feu à Zaporijjia, contrôlée par les Ukrainiens, a dit un responsable de la municipalité, Anatoli Kroutiev.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) espère conclure d'ici la fin de l'année un accord avec la Russie et l'Ukraine en vue de créer une zone de protection de la centrale de Zaporijjia, située à plusieurs dizaines de kilomètres de la ville du même nom, a déclaré le directeur général de l'AIEA Rafael Grossi dans une interview à la Repubblica.

(Avec les bureaux de Reuters, version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Blandine Hénault)

tag.dispatch();