Téléchargez
notre application
Ouvrir

"Nous allons voir" si le sommet avec Kim aura lieu ou non, dit Trump

reuters.com  |   |  542  mots
Washington garde l'espoir que le sommet trump-kim aura lieu[reuters.com]
(Crédits : Leah Millis)

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump a dit ignorer mercredi si sa rencontre avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prévue le 12 juin à Singapour était toujours d'actualité, après les dernières déclarations en provenance de Pyongyang qui ont semé le doute sur ce sommet.

"Nous allons voir. Pas de décision. Nous n'avons été informés de rien (...) Nous n'avons rien vu ni entendu", a déclaré le président des Etats-Unis, qui répondait à la presse à la Maison blanche.

Invitée plus tôt dans la journée sur la chaîne Fox News, sa porte-parole, Sarah Sanders, avait déclaré: "Nous gardons l'espoir que cette rencontre aura lieu et nous continuerons sur cette voie, mais, dans le même temps, nous étions préparés à ce que cela puisse être des négociations difficiles."

"Le président se tient prêt si cette réunion a lieu. Si elle n'a pas lieu, nous continuerons d'exercer la pression maximale déjà en cours", poursuivait-elle.

La Corée du Nord a semé le doute mercredi sur le sommet sans précédent prévu entre Kim Jong-un et Donald Trump, menaçant de reconsidérer sa participation si les Etats-Unis continuent d'insister sur une dénucléarisation unilatérale de la République populaire démocratique de Corée.

Citant le premier vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréen Kim Kye-gwan, l'agence de presse nord-coréenne KCNA souligne notamment que, si les Etats-Unis tentent d'acculer la République populaire démocratique de Corée à accepter une renonciation unilatérale au nucléaire, Pyongyang n'aura plus qu'à reconsidérer les préparatifs du sommet de Singapour.

Le vice-ministre s'en prend en particulier à John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de Trump, rejetant son appel à une dénucléarisation selon le modèle libyen et soulignant que Pyongyang "ne cache pas la répugnance" que Bolton lui inspire.

Sarah Sanders a estimé que les déclarations de Pyongyang ne sortaient "pas de l'ordinaire" dans ce type de discussions.

Sur le modèle libyen évoqué par KCNA, la porte-parole de la Maison blanche a tenté de calmer le jeu: "Je n'ai vu cela dans aucune de nos discussions, je n'ai donc pas connaissance que ce soit un modèle dont nous nous servons", a-t-elle dit à la presse accréditée à la Maison blanche.

En 2004, la Libye alors dirigée par Mouammar Kadhafi avait accepté de transférer vers les Etats-Unis des composants de son programme nucléaire.

Intervenant au micro de Radio Free Asia alors que Trump venait de le nommer au poste de conseiller à la sécurité nationale, Bolton avait indiqué fin mars que les discussions à venir avec Kim devraient s'inspirer de cet exemple.

"Nous devrions insister, si cette réunion doit avoir lieu, sur le fait que ces discussions seront similaires avec celles que nous avons eues avec la Libye il y a 13 ou 14 ans: comment emballer leur programme d'armes nucléaires et l'expédier à Oak Ridge, Tennessee (ndlr, site d'un laboratoire national dépendant du département de l'Energie et spécialisé notamment dans la sécurité nucléaire)", avait-il dit.

(Doina Chiacu et Steve Holland avec David Brunnstrom; Henri-Pierre André et Jean-Philippe Lefief pour le service français)