Téléchargez
notre application
Ouvrir

Londres veut que l'UE renforce ses sanctions contre Moscou

reuters.com  |   |  455  mots
Londres veut que l'ue renforce ses sanctions contre moscou[reuters.com]
(Crédits : Neil Hall)

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne va appeler mardi l'Union européenne à adopter des sanctions renforcées contre la Russie, estimant que le bloc devait se tenir au côté des Etats-Unis qui ont frappé ce mois-ci Moscou de nouvelles sanctions économiques.

Le président russe Vladimir Poutine a rendu le monde "plus dangereux" et, après l'attaque commise en mars en Angleterre contre l'ancien agent double russe Sergueï Skripal, que Londres impute à Moscou, il faut que l'UE fasse davantage pression sur la Russie pour que celle-ci respecte les lois internationales, dira le ministre des Affaires étrangères.

"Aujourd'hui, le Royaume-Uni demande à ses alliés d'aller plus loin en appelant l'Union européenne à s'assurer que ses sanctions contre la Russie sont exhaustives, et que nous soutenions vraiment les Etats-Unis", va déclarer Jeremy Hunt depuis Washington, mardi, lors de son premier discours important depuis sa nomination en juillet dernier.

"Cela signifie qu'il faut signaler les transgressions et y réagir d'une seule voix, quels que soient le moment et le lieu où elles se produisent, des rues de Salisbury au destin de la Crimée", va-t-il ajouter.

Le département d'Etat américain a annoncé au début du mois que les Etats-Unis avaient établi que la Russie avait fait usage d'un gaz innervant contre Sergueï Skripal et sa fille Ioulia, contaminés début mars à Salisbury, dans le sud de l'Angleterre.

Washington a par conséquent décidé d'imposer des sanctions contre la Russie à compter du 22 août.

Ces nouvelles sanctions américaines s'appliqueront en deux temps. La première vague concernera des produits sensibles en lien avec la sécurité nationale.

Une seconde vague de sanctions sera imposée sous trois mois si la Russie ne fournit pas d'ici là les "garanties fiables" qu'elle n'utilisera plus d'armes chimiques et si elle n'autorise pas des inspections de l'Onu ou d'autres observateurs.

Les Etats-Unis pourraient alors décider d'une réduction des relations diplomatiques, de la suspension de la licence de la compagnie aérienne russe Aeroflot et d'une rupture quasi totale des échanges commerciaux bilatéraux.

Si Bruxelles a récemment accepté de renouveler ses sanctions contre Moscou pour l'annexion de la Crimée, aucune sanction n'a été imposée après la tentative d'assassinat de Salisbury, même si l'UE a condamné les agissements du Kremlin et a procédé elle aussi à l'expulsion de diplomates russes.

Jeremy Hunt, nommé au Foreign Office en juillet après la démission de Boris Johnson, rencontrera mercredi le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, ainsi que plusieurs représentants de l'administration américaine.

Il s'exprimera par ailleurs jeudi devant le Conseil de sécurité des Nations unies.

(William James; Jean Terzian pour le service français)