Téléchargez
notre application
Ouvrir

Brexit : vers un conseil européen extraordinaire en novembre

reuters.com  |   |  530  mots
Brexit: vers un conseil europeen extraordinaire en novembre[reuters.com]
(Crédits : Toby Melville)

par Gabriela Baczynska

BRUXELLES (Reuters) - Il faudra sans doute organiser un sommet extraordinaire des dirigeants européens en novembre pour progresser sur la voie d'un éventuel accord de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, a-t-on appris auprès de diplomates en poste à Bruxelles.

Les négociations sur l'accord de divorce reprennent ce mardi à Bruxelles entre Michel Barnier, le négociateur européen, et Dominic Raab, le nouveau ministre britannique du Brexit, après une pause estivale particulièrement mouvementée en Grande-Bretagne (Theresa May a enregistré coup sur coup les démissions de David Davis, son ministre du Brexit, et de Boris Johnson, son ministre des Affaires étrangères).

L'opinion la plus répandue parmi les diplomates européens est qu'il est de moins en moins vraisemblable qu'ils puissent boucler les négociations d'ici au conseil européen des 18 et 19 octobre. Et qu'il faudra sans doute attendre le conseil européen suivant, mi-décembre. Mais il resterait alors peu de temps pour ratifier un éventuel accord de retrait alors que le Brexit est programmé pour le 29 mars prochain à 23h00 GMT.

"Il va véritablement y avoir une forte poussée pour octobre, et nous ne serons probablement pas en mesure d'y arriver. Alors, même si cela n'a pas été formellement confirmé pour le moment, un sommet extraordinaire en novembre semble le plus probable", a dit un diplomate européen de haut rang.

Le sommet européen des 18-19 octobre était présenté de longue date comme le "moment de vérité" du processus, laissant suffisamment de temps ensuite pour que chacun des Etats membres et le Parlement européen puissent ratifier l'accord produit par les négociations.

Mais les désaccords persistants, notamment sur la question de la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord, ont mis en doute ce calendrier.

"Ce sera très dur. Nous n'avons vu aucune proposition concrète qui fonctionnerait sur la question de la frontière irlandaise. Novembre, ce sera le dernier moment. Décembre sera déjà trop pour nous", a déclaré l'eurodéputée allemande Gabriele Zimmer, du parti de la gauche radicale Die Linke.

Le Parlement européen est en vacances au moment des fêtes de fin d'année. A la reprise de ses travaux, il sera de plus en plus tourné vers l'échéance des prochaines élections européennes, au mois de mai.

"Décembre, ce serait vraiment la toute, toute dernière possibilité. S'il n'y a rien au tournant de l'année, il est difficile de concevoir que les entreprises ne commencent pas alors à mettre en oeuvre des plans d'urgence (d'adaptation à une sortie 'sèche', sans accord entre Londres et l'UE)", dit ce diplomate.

Les dirigeants européens se réuniront de manière informelle les 19 et 20 septembre à Salzbourg, en Autriche, le pays qui assure la présidence tournante de l'UE.

Le congrès annuel du Parti conservateur britannique, programmé du 30 septembre au 3 octobre, est parallèlement un autre facteur de risque du fait des tensions politiques au sein de la formation de la Première ministre britannique.

(avec Kylie MacLellan à Londres; Henri-Pierre André pour le service français)