Téléchargez
notre application
Ouvrir

Equateur : Le président conteste des projets de son prédécesseur

reuters.com  |   |  324  mots
Equateur: le president conteste des projets de son predecesseur[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

QUITO (Reuters) - Le président équatorien Lenin Moreno a demandé jeudi à la justice de son pays d'ouvrir une enquête pour pillage des fonds publics dans le cadre des projets d'infrastructures énergétiques de son prédécesseur de gauche Rafael Correa.

Lenin Moreno a demandé l'an dernier à l'Onu via le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) de procéder à un examen technique et économique de cinq projets entrepris par l'administration précédente, dont celui de la réhabilitation de sa plus grande raffinerie, celle d'Esmeraldas.

Selon le président Moreno, les cinq projets construits sous la présidence de Rafael Correa présentaient des dépassements de coûts massifs, des défaillances opérationnelles et des processus d'appel d'offres peu transparents.

Ces projets, parmi lesquels figurent aussi un port maritime et un pipeline, ont été chiffrés à 4,9 milliards de dollars (4,3 milliards d'euros), dont 2,2 milliards de dollars pour la modernisation de la raffinerie du port d'Esmeraldas.

"Près de cinq milliards de dollars de l'argent des Equatoriens, quand cela aurait dû coûter la moitié de cette somme", a déclaré Lenin Moreno dans un discours diffusé au niveau national. "J'ai décidé de déposer une plainte auprès du parquet. Ce vol de fonds publics ne peut rester impuni."

Lenin Moreno est arrivé au pouvoir en mai 2017 en promettant de lutter contre la corruption après avoir été adoubé par Rafael Correa. Les deux hommes se sont ensuite brouillés au sujet de la politique favorable au marché du nouveau chef de l'Etat.

Rafael Correa, qui vit en Belgique, pays natal de sa femme, nie les allégations de corruption portées contre son gouvernement. L'ancien président n'est pas rentré en Équateur depuis sa condamnation l'an dernier à une peine de prison dans le cadre d'une affaire d'enlèvement d'un parlementaire, dans laquelle il nie toute implication.

(Alexandra Valencia; Danielle Rouquié pour le service français)